lundi 18 février 2019

C'est lundi... que lisez-vous? #160

Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Galleane repris la relève et a ensuite passé le flambeau à Camille du blog I believe in pixie dust

On répond comme chaque lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?
   
 
Qu'ai-je lu la semaine passée ? 



Un bon bilan même si les 4 dernières lecture ont été faite lors du weekend à 1000.
- J'ai lu Black Coffee, la novélisation de la pièce de théâtre du même nom. Je l'ai bien aimé même si j'ai trouvé l'intrigue un peu plus visible que le autres Poirot.
Le weekend à 1000 a commencé :
- Fury of the Demon a été une bonne relecture, je ne boude pas mon plaisir sur cette série, je l'apprécie toujours autant.
- J'ai tenté ensuite Revenge of the Fae, un roman prenant mais un peu décevant par son manque de profondeur.
- J'ai lu ensuite C comme cadavre qui a été une lecture rapide et très sympa. Vraiment dans le même genre que le précédent en tout cas, on n'est pas en terrain inconnu.
- Et j'ai terminé la semaine sur Entre deux feux, un tome qui m'a un peu ennuyé. J'avoue que je n'avais pas du tout dedans, même si la seconde moitié était meilleur que la première. 


Que suis-je en train de lire en ce moment ?
 
 
Je suis toujours dans ce livre, il avance doucement mais surement :)




Que vais-je lire ensuite ?


Je vais encore une fois prendre l'option des lectures à l'envie, surtout si je continue Gnomon qui est très lent à lire et qui va encore me prendre toute ma semaine :P



Et vous, que lisez vous?

samedi 16 février 2019

Takeshi Kovacs, tome 2 : Anges déchus de Richard Morgan







Année de sortie : 2004 (2003 VO)
Éditeur : Bragelonne - Milady
Nombre de pages : 606
Genre : Science-fiction






Mon avis

On peut dire que ce tome la était radicalement différent du premier, tout en explorant les même thèmes. Il m'a tout de même bien plu, malgré quelques petites longueurs au milieu.

Nous retrouvons Takeshi Kovacs dans ce tome. Il s'est engagé comme mercenaire dans une troupe d'élite qui participe au conflit armé suite à une révolution qui est en train d'avoir lieu sur une planète jusqu'ici surtout utilisée à des fins archéologiques.

Alors qu'il est en repos suite à de très graves blessures (mais pas suffisantes pour justifier de le changer de corps) il est contacté par un homme qui souhaite l'engager sur une autre mission. Celui ci connait l'emplacement d'un artefact alien qui venait d'être découvert lors du début de la guerre et donc qu'on n'a pas vraiment pu exploiter. Il s'agit d'un artefact vraiment spécial qui pourrait révolutionner la technologie future. Celui ci ayant été caché par ses découvreurs pour pas qu'il se retrouve au milieu du conflit.

Il n'en faut pas plus pour que Kocacs se lance dans l'aventure, avec l'aide d'une corporation qui voudra bien sur en tirer profit dés que possible et qui va engager d'autres mercenaires pour les soutenir. Mais le problème c'est que les combats principaux se rapprochent de plus en plus de la zone de l'artefact, et celle ci est extrêmement surveillée. Ils vont devoir trouver un moyen de s'en approche incognito, ou de détourner la zone de guerre de la ...

*****

Quand j'avais lu le nom de cette série dans la liste des séries relevant du sous genre de la science-fiction militaire, j'avoue qu'avant de lire ce tome ci, j'étais un peu dubitative. Maintenant je comprend bien mieux. 

Bien que notre héros ne fasse pas parti à proprement parler d'une armée, on est tout de même en zone de guerre et le petit groupe engagé pour les défendre de tout danger est formé d'anciens militaires qui continuent à respecter leur discipline malgré le changement de client. 

Un des thèmes importants ici est la présente d'une corpo (ou grosse entreprise si on veut). Celles ci se font plus ou moins une guerre pour faire le maximum de profit. Et Kovacs va exploiter ce fait pour en appâter une et lui soutirer un maximum d'argent pour retrouver l'artefact. 

Ce capitalisme effréné, dans lequel les corps humains sont sacrifiable car changeable à volonté, fait un peu froid dans le dos. Du coup la guerre, si elle reste la même sur le papier à tout de même une toute autre image. Dans le récit les héros font appel à un marchand d'âme, un intermédiaire chargé de leur vendre au poids des puces contenant un être humain que l'on pourra ensuite réinjecter dans un autre corps. Bien sur, à force, une bonne parti de ces puces contiennent des humains devenus fous par la douleur ou le trop brutal changement.

Une des scènes du livre a d'ailleurs lieu sur une plage juste après un bombardement nucléaire, ils savent qu'ils n'ont plus qu'une semaine à vivre avant que leurs corps lâchent à cause des radiations très fortes, mais ils s'en foutent, on se contentera de les réimplanter dans un autre quand ça arriver. De toute façon aucun n'est dans son corps d'origine.

En fait la violence est exacerbée par tout ça. On peut vraiment se donner à fond quand on sait qu'on ne tue pas vraiment son adversaire. C'est limite comme un jeu en fait, les conséquences ne sont plus les même. Et au final c'est l'argent qui fera la différence, celui qui arriver à court d'argent, pour 'ressusciter' ses soldats et les armer, en premier perdra.
Du coup on comprend d'autant mieux cette présence très forte des Corpos dans l'affaire.

J'ai trouvé que l'ambiance était vraiment très violente dans ce tome, même si on n'a finalement que très peu de scènes de vrai violence. Tout est dans l'atmosphère. C'est sombre, cynique, et Takeshi Kovacs participe vraiment à cet effet. 

En fait j'ai vraiment bien apprécié son personnage. Au milieu de toute cette agitation il est un peu comme un caillou qui se laisse emporter par le courent. Toujours fidèle à lui même il ne se laisse pas marcher dessus et en même temps il exploite au maximum les possibilités du système. Il est d'ailleurs très terre à terre et cynique comme personnage, dans le sens ou il ne se fait pas d'idées sur ce qu'il se passe vraiment, et il n'hésite pas à dire la vérité même si elle fâche. 

En fait le seul point que je reproche un peu à ce tome ont été les lenteurs du milieu du livre. Le temps que tout ça se mette en place il y a finalement énormément d'attente. Si heureusement ce temps est utilisé pour mieux connaitre les différents protagonistes, Kovacs inclut, il m'a semblé quand même un peu longuet à certains moments.

Mais ce n'est pas non plus un défaut énorme, dans l'ensemble j'ai passé un bon moment avec cette lecture et au vu de la fin j'ai hâte de lire le suivant pour voir ou le héros va nous mener !

16/20


Autres avis sur ce tome : FeydRautha (L'épaule d'Orion),

mercredi 13 février 2019

Gods, Monsters, and the Lucky Peach de Kelly Robson







Année de sortie : 2018
Éditeur : Tor.com
Nombre de pages : 240
Genre : Science-fiction






Mon avis :

Une novella avec des thèmes très sympas dans un monde fascinant mais encore une fois j'ai l'impression d'être passé à coté. Pour moi il manquait la une partie de l'histoire.

La surface de la Terre a fini par être délaissée au profil du sous sol suite à des désastres écologiques sans précédents qui l'ont ravagé. Toute une génération est née sous terre pendant le cataclysme, les "plague babies", tandis que la nouvelle génération est maintenant surnommée les "fat babies" du fait qu'ils étaient en bonne santé et on pu se développer normalement.

Des années plus tard, on a commencé à regarder ce qu'on pouvait y faire et des projets se sont multipliés dans des zones ou on réimplante artificiellement un écosystème entier pour le faire revivre. Mais malheureusement on c'est vite aperçu que ces projets n'étaient pas vraiment viable sur le long terme. Et rare sont ceux qui persistent en bon état une fois que les banques ont cessé de s'y intéresser.

La plupart des projets sont chapeautés par des plague babies, car la nouvelle génération, si elle veut aider, n'a pas du tout la même perspective car elle n'était pas présente à l'époque.

Minh est une plague baby, elle a du remplacer ses jambes et a choisi un modèle de pieuvre car c'est bien plus pratique pour elle dans son quotidien et son travail de biologiste qui consiste justement à fabriquer les fameux écosystèmes dont j'ai parlé avant. Quand un jour elle voit une offre d'emploi pour un projet qui allie la nouvelle technologie en vogue, le voyage dans le temps, et l'écologie, elle saute dessus et propose son projet et son équipe.

Il s'agirait de remonter dans l'ancien temps pour aller observer et se renseigner sur l’écosystème du Tigre et de l'Euphrate en Mésopotamie. Afin de pouvoir l'implanter avec plus de précision et moins d'erreur, dans le but de créer une nouvelle génération de réimplantation d’écosystèmes plus viables sur le long terme que les premiers.

Le voyage dans le temps présent ici est un peu différent de ce qu'on a l'habitude. On peut aller dans le passé, on peut même rapporter des objets, mais on ne peux pas modifier le passé. Les scientifiques ont estimé que c'était surement parce qu'une nouvelle timeline se mettait alors en place mais comme la machine ramenait les voyageurs dans le présent actuel, de notre timeline, celle ci n'est pas affectée. 


Il y avait plein de thèmes intéressants dans cette novella, depuis les problèmes des écosystèmes à celui intergénérationnel et ce que ça implique sur la vision du monde. 

J'ai bien aimé aussi le fait que tout ça fasse plus réaliste dans le sens ou tout est utilisé par les banques et on parle de financement, de rentabilité de chaque projets etc ... On n'est pas sur le scientifique qui a fabriqué sa machine dans son coin, pas du tout. On a une utilisation industrielle de la machine et il faut que ça soit rentable. Pas de projets en l'air ou juste scientifiques pour la recherche. 

En fait la quasi totalité de la novella tourne autour de l'organisation de l'expédition. Depuis les prémisses et tout ce que prévoit Minh jusqu'au voyage lui même et ce qu'ils découvrent. En gros beaucoup de logistique, de calculs, de préparations. Un peu une levée de rideau du coté un peu moins cool d'un projet de recherche, attente comprise.

On a aussi un point de vue alternatif, celui d'une personne vivant justement dans l'ancien temps que Minh et son équipe va visiter. Pour eux les voyageurs sont considérés comme des monstres ou des dieux, ils ne comprennent pas ces êtres bizarre qui débarquent chez eux. 

Le rythme est bon, on n'a pas le temps de s'ennuyer (remarque vu la taille du livre ça serait un comble). En fait on est dans l'attente pendant une bonne partie cette histoire, on sent qu'il y a quelque chose qui se dessine, qui va arriver, et on cherche des indices.

Lors des passages sur le point de vue secondaire, les choses s’accélèrent au fur et à mesure. En plus la temporalité n'est pas la même dans les deux, en fait on découvre ce qui va se passer plus tard pour l'un des deux groupes des dizaines de pages avant que ça ne lui arrive. Ça renforce l'attente et les interrogations.

Malheureusement j'ai été coupée dans mon élan. Le livre se termine au milieu d'une scène.
Normalement j'aime bien les fins ouvertes, mais ici c'est pire que ça. On a l'impression que l'aventure ne fait que commencer, on arrive enfin à enlèvement tant attendu et ... Et rien en fait, ça s'arrête la.
En plus aucune suite n'est prévu, c'est normal du coup. J'ai vraiment du mal à comprendre.

Je suis vraiment perplexe au final. J'ai vraiment eu l'impression qu'il manquait une partie du texte. D'un coté en y réfléchissant à tête reposée je comprend le point de vue qui dit qu'il ne peut pas y avoir de suite (je ne vous dit pas pourquoi, ça spoilerait tout) mais je n'arrive pas à m'en satisfaire et du coup ça tombe à plat.


15/20

mardi 12 février 2019

River of Teeth, book 1 de Sarah Gailey






Année de sortie : 2017
Éditeur : Tor.com
Nombre de pages : 175
Genre : Uchronie, Science-fiction






Mon avis :

J'ai bien aimé le contexte mais je suis un peu déçue de l'intrigue et du développement général de cette novella.

Cette série imagine ce que seraient devenus le Mississippi et la Louisiane si le projet d'importer des hippopotames (qui a été proposé au début du 20ième siècle lors d'une période de famine) avait bien eu lieu.

Bien sur un tel projet ne peux pas se faire sans problèmes. Une 100ènes de bêtes se sont échappées et on fait un retour à l'état sauvage, bloquant la circulation des humains dans la zone et la rendant très dangereuse.
Dans cette novella nous suivons diverse personnes, qui, montées sur des hippos domestiques, sont mandatées pour régler définitivement le problème des hippos sauvages de la section Harriet du Mississippi. 

Cependant le leader de ce groupe, l'ancien propriétaire de ranch Winslow Houndstooth a d'autres projets. Il met en place une équipe composée de Regina “Archie” Archambault, un voleur obèse, Hero Schackleby, un expert en démolition, Adelia Reyes, une tueuse à gage enceinte et Cal Hotchkiss, un tricheur et gros buveur, mais qui est aussi le plus fin tireur de toute la région.

Son but? La vengeance contre Travers, un businessman sans scrupule à l'origine de sa propre faillite et qui justement a profité de l'occasion de l'arrivée des hippo sauvages pour monter une entreprise florissante et très lucrative : des casinos flottants sur la Harriet au milieu des prédateurs affamés, idéal pour les clients en recherche de frissons (et aussi pour se débarrasser des ennemis, des mauvais payeurs et des fauteurs de trouble).

Mais évidemment, Travers n'a pas intérêt à ce que la zone soit libérée de ces hippos ...

L’atmosphère fait vraiment très western mais dans le milieu humide et nauséabond du bayou à la place du désert.
Franchement le concept est génial, c'était super cool de voir tout ce qui avait été mis en place pour remplacer les chevaux par des hippo. Rien à dire, sur ce point ce livre est vraiment à la hauteur ! 

Le fait d'avoir des hippo comme monture change vraiment la donne parce que ce sont des vrai prédateurs et en plus on a tendance à vraiment sous estimer leur intelligence et leur dangerosité.
On sous estime aussi leur vivacité, ils n'ont rien à envier aux chevaux finalement, malgré leur masse. Ils sont bien plus adaptés à ce climat en plus.

Par contre j'avoue que l'intrigue était un peu trop légère pour moi. Non pas qu'elle soit mauvaise mais on avait à peine le temps de se faire à une situation qu'elle évoluait déjà. En gros ça manquait vraiment de développement.
Ceci dit le rythme était bon, on ne s'ennuie pas et ce n'était pas non plus un enchainement d'actions. 

Je crois en fait que le principal problème était qu'il y avait trop de personnages intéressants pour un texte si court. Du coup on avait que peu d'occasion de vraiment s'en approcher. Et c'était vraiment dommage parce que j'ai eu du mal à m'attacher à eux malgré le fait que je pensais qu'ils avaient du potentiel.

Pour moi ce texte aurait gagné à avoir plus de pages et à devenir un vrai roman.

Mais je lirais le second tome en espérant justement qu'il contiendra les pages manquante du premier.



15/20

lundi 11 février 2019

C'est lundi... que lisez-vous? #159

Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Galleane repris la relève et a ensuite passé le flambeau à Camille du blog I believe in pixie dust

On répond comme chaque lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?
 


Qu'ai-je lu la semaine passée ?
 


- J'ai commencé la semaine en terminant Anges Déchus que j'ai beaucoup aimé. Plus sombre et violent que le tome précédent il a su se démarquer.
- J'ai lu ensuite L'envol de la flèche, un tome trop intermédiaire pour vraiment me plaire mais j'ai tout de même bien apprécié d'en savoir plus sur le monde et les Hérauts.
- Child of Fire m'a bien plu de son coté. Il était plus sur le ton d'un thriller fantastique que de celui plus habituel de l'urban fantasy, avec ses monstres digne d'un film d'horreur mais le personnage principal et l'intrigue ont su me séduire.
- J'ai été un peu déçue de Les mannequins ne sont pas des filles modèles. En fait j'ai trouvé que l'enquête manquait de rebondissement surtout en comparaison du précédent tome. Seule la fin a un peu rattrapé le tout avec une belle découverte.
- Et j'ai terminé ma semaine avec Polaris Rising qui était une sympathique romance de science-fiction. J'avais besoin d'une lecture légère et elle a bien joué son rôle.
 
 
 Que suis-je en train de lire en ce moment ?
 
 
Je reprend les lectures un peu plus complexe avec ce livre dont j'ai lu de bon avis !
 
 
Que vais-je lire ensuite ? 
 
J'avoue que je n'ai pas vraiment de programme. Déjà Gnomon est un énorme pavé et va me prendre certainement la semaine, et d'ici la j'ai le temps de me décider sur ce que seront mes prochaines lectures. Je n'aime pas trop décider trop à l'avance, je ferais en fonction de mes envies du moment !
 
 
Et vous, que lisez vous?

dimanche 10 février 2019

The Divine Cities, book 3: City of Miracles de Robert Jackson Bennett







Année de sortie : 2017
Éditeur : Broadway Books
Nombre de pages : 451
Genre : Fantasy






Mon avis

Un tome un peu plus classique que les précédents dans son traitement de la magie mais une fin tellement épique que ça rattrape tout.

Résumé : (que je vais essayer de faire le moins spoilant possible en le modifiant un peu)
Sigrud je Harkvaldsson est très bon pour les revanches, vraiment très bon.
Quand il apprend qu'un de ses amis les plus chers a été assassiné, il n'a pas l'intention de rester sur la touche. Aucune force ne pourra l'empêcher d'apporter aux meurtriers la souffrance qu'ils méritent.

Mais au fur et à mesure que Sigrud poursuis sa quête, il commence à soupçonner qu'il y a une guerre en cours. Une guerre secrète, qui dure depuis des années et qui se joue sous les yeux des humains sans que ceux ci ne se doutent de quoi que ce soit.
Découvrir les secrets de la mort de son ami va l'obliger à prendre parti dans cette guerre, et à faire face à des dieux très en colère qui n'ont plus rien à perdre ...

*****

J'ai trouve que ce tome était une très bonne conclusion à la série, il se déroule 13 ans après le précédent et donc 20 ans après le premier.

Tout d'abord il met en lumière toute une série d'actions qui se passent en parallèle des tomes précédents dont on entendait un peu parler (lors de l’ascension au pouvoir de Shara par exemple) et qui éclairent sur ce qui se passait vraiment par derrière.
Du coup on a un peu l'impression de redécouvrir les personnages de ces tomes et c'était vraiment très intéressant. En plus ce tome ci avait beaucoup de lien avec les deux tomes, il se passe un peu partout et surtout à Bulikov, la ville aux escaliers du premier tome, qui a bien changé depuis, surtout grâce aux événements politiques qui se passent pendant les tomes précédents.

J'ai bien aimé le fait que ce tome soit centré sur Sigurd, c'était un personnage important dans les deux tomes précédent mais il restait secondaire, du coup ça nous permet de le découvrir. Après Shara et Mulaghesh, ça complète le trio de départ.

Sigurd est un personnage torturé, au sens figuré comme au sens propre du terme. Lui même découvre de beaux secrets le concernant qui expliquent un peu sa condition et son manque chronique de chance depuis des années. Ce voyage qu'il entreprend est un peu comme sa dernière action, il n'a d'ailleurs pas vraiment espoir d'en sortir vivant et il prend tout les risques.

Le thème de la vieillesse est un thème important ici. Devenir vieux est inéluctable et si Sigurd semble être privé de cette chance, quand on voit Mulaghesh et Shara qui sont devenu de vieilles femmes, avec du mal à marcher, on comprend vraiment que le temps joue son œuvre.

La nouvelle génération est la, notamment sous la présence de la fille de Shara, devenu une jeune femme qui ne comprend rien à ce qu'il se passe parce que celle ci l'a éloigné de tout ce qui faisait le danger de sa vie. Elle va devoir se prendre en main et cesser d'être naïve si elle survivre à tout les événements qui se produisent dans ce tome.
Elle doit reprendre le flambeau du combat de sa mère. En fait en dehors de Sigrud, ce tome est surtout centré sur les jeunes. Ils doivent prendre leur futur en main parce que les vieux ne pourront pas toujours les protéger.

On referme ce tome avec le sentiment d'une génération c'est achevée. C'est vraiment fini, plus de combats, plus d'espionnage, plus de voyages, nos personnages fétiches prennent leur retraite définitive. 

J'ai aussi vraiment apprécié la fin de ce tome, en fait c'est surement une des fin les plus satisfaisante que j'ai lu d'une série de fantasy. C'est grandiose, épique et ça m'a un peu rappelé la fin de la première trilogie de Fil-des-brumes. C'est un peu la fin d'un monde, et le commencement d'un nouveau. 

Grâce à cette fin je trouve que ce tome est surement le plus marquant des trois et il se partage avec le premier le podium de mes tomes préférés. 


17/20

Mes avis sur les tomes précédents : tome 1 : City of Stairs, tome 2 : City of Blades,

samedi 9 février 2019

Avis en Vrac #57 : David B. Coe, Darynda Jones, Agatha Christie, Katharine Ashe

Depuis le début de l'année 2019 je ne chronique plus toutes mes lectures suite à mon changement d'emploi du temps qui ne me laisse plus le temps pour le faire.
Du coup j'ai commencé à faire des avis rapide sur les lectures non chroniquées que je publie d'abord quasiment à chaud sur ma page facebook avant de les rassembler ici dans des Avis en Vrac une fois que j'en ai suffisamment.
(comme ça on ne change pas vraiment de format par rapport à avant, même si les avis sont du coup moins structurés et moins long que les précédents). 




La couronne des sept royaumes, tome 03 : Les Graines de la discorde
de David B. Coe
Année de sortie : 2006
Éditeur : J'ai Lu
Nombre de pages : 413
Genre : Fantasy



Toujours plus de personnages, de complots politiques ... Une situation qui s'étoffe dans ce troisième tome (ou plutôt la première partie du second tome dans le découpage originel).

Dans l'ensemble j'aime beaucoup cette série même si j'avoue que le découpage à la française en demi tomes ne l'avantage pas du tout.

J'ai un peu moins apprécié ce tome que le tout premier mais plus que le second.

Ce tome ci est marqué par le fait que les humains commencent à comprendre qu'on les manipule, et agissent en conséquence mais du coup ils ne savent plus à qui se fier et on se retrouve avec une multitudes de camps et de situations uniques.

J'avoue que j'ai eu plus de mal dans les passages qui concernent de nouveaux personnages. Il commence à y en avoir vraiment pas mal et à certains moments j'étais un peu perdu et je ne me souvenais plus si on connaissait déjà certains ou si ils étaient vraiment nouveaux lol.

On ne voit pas beaucoup Grinsa et Tavis (les héros du début de la série) dans ce tome, qui était plutôt consacré à l'évolution de la situation général dans le monde, mais un événement à la fin me laisse à penser qu'on les verra surement plus dans la seconde partie que je devrais lire assez rapidement :)

En bref un début de second tome prometteur, attendons de voir comment va se goupiller le tout dans la seconde partie !




Charley Davidson, tome 12 : Douze tombes sans un os
de Darynda Jones
Année de sortie : 2018
Éditeur : Milady
Nombre de pages : 374
Genre : Urban Fantasy
(relecture)



Lorsque j'avais lu ce tome la première fois, j'avoue que ma lecture c'était moyennement passé et ce pour deux raisons. 

La première était que je me suis aperçue que j'étais perdue de la mythologie de la série (tout l'intrigue avec les dieux, il faut dire que je lis les tomes un par un depuis le tome 6 à chaque sortie, donc ça fini par faire beaucoup de temps entre les tomes) et la seconde le fait que je n'étais pas en bonne période pour apprécier l'humour donc il ne m'avais pas particulièrement faire rire.

Du coup j'ai décide ensuite de reprendre la série à zéro, histoire de tout me remettre en tête. Et donc ce tome 12 clôture ma relecture.

Et je suis vraiment contente de l'avoir fait parce que les 2 points noirs précédents ont totalement été effacés et que j'ai vraiment bien apprécié ma lecture.
Halala, j'ai eu un fou rire dés les premières pages et ça fait du bien.

Dans ce tome ci, j'ai bien aimé la confrontation de Charley et Reyes. Pour une fois depuis longtemps on peut dire qu'ils ne sont plus vraiment sur la même longueur d'onde et ça remet un peu de piquant dans leur relation.

Malgré l'humour on sent le coté désespéré de Charley qui ne sait plus ou donner de la tête pour essayer de trouver la vérité et qui tente de se changer les idées en se lançant tête baissé dans une autre affaire.

Bon bien sur le suspense n'était pas la vu que je savais comment ça allait finir, mais quand même, on peut dire que j'ai bien été prise par le roman.

Bref, maintenant le 13ième et dernier tome est sorti (en VO, il ne tardera pas en VF j'imagine) et j'ai hâte de m'y attaquer !





Mort sur le Nil
de Agatha Christie
Année de sortie : 2012 (cette édition, 1937 première édition)
Éditeur : Éditions du Masque
Nombre de pages : 346
Genre : Policier
(relecture)



C'est un des plus grands classiques de Agatha Christie. Bien sur l'intrigue est vraiment bien trouvée, tout est bien ficelé et l'ensemble est très remarquable.

Pour la petite histoire j'avais déjà lu ce livre (et vu le film) il y a longtemps et je pensais ne pas m'en souvenir.
J'étais même contente parce que ça me permettait de le redécouvrir lors de cette relecture.
Mais malheureusement la totalité m'est très vite revenu une fois les personnages et le contexte mis en place.

Du coup c'est un peu dommage mais j'ai tout de même pris grand plaisir à cette lecture.

Comme dans quasiment tout les Agatha Christie l’intérêt vient bien évidemment du dénouement et de toute le cheminement qui amène Poirot à sa découverte.
J'ai bien aimé ici le fait que le coupable lui demande comment il a pu découvrir tout ça et que ses explications soient si claires.

L'ambiance ce tome est aussi son point fort, le mélange du Nil (même si on pourrait reprocher que finalement le bateau aurait pu être n'importe ou ça n'aurais rien changé) avec la haute bourgeoisie anglaise. On retrouve en tout cas l'ambiance typique des Agatha Christie et je ne m'en lasse pas !




Le duc diabolique, tome 1 : Coeur de fripouille
de Katharine Ashe
Année de sortie : 2018
Éditeur : J'ai lu
Nombre de pages : 400
Genre : Romance historique



Ce tome est en fait le spin off d'une autre série non traduite : Falcon Club. Il est même numéroté comme étant le T4 de Falcon Club sur goodreads.

Et tout à fait à raison, parce que quand on le lit on a vraiment l'impression d'être tombé en plein milieu d'une série.

Les personnages ne sont pas introduits et ont différents noms/titres/appellations suivant les passages ce qui complique énormément la lecture.
Et pour l'intrigue c'est le même problème. Même en ayant terminé le tome j'ai l'impression de ne pas avoir tout compris, ça reste flou. J'étais vraiment perdue à certains moments.

C'est dommage parce que j'ai le sentiment que si tout était clair il n'y aurait aucun souci et l'intrigue semble très intéressante (ne traitant pas uniquement la romance) pour ce que j'en ai compris.

En plus c'est vraiment un livre ou les personnages promettent des étincelles, on sent la passion et c'est un bon point pour une romance historique. Mais tout ça est totalement oublié à cause des problèmes cités au dessus.
Bref, pour l'instant j'avoue que je me tâte de tenter Falcon Club en VO avant de continuer celle ci (voir de relire ce tome ci pour mieux le comprendre).