mardi 19 janvier 2016

Elantris de Brandon Sanderson







Titre Original : Elantris Date de sortie :  2011
Éditeur : Le Livre de Poche (Orbit) Nombre de pages : 797



 

Avis de Lianne :   
 
Il y a 10 ans, Elantris était une merveille, sa magie resplendissait,  ses habitants, des humains pris au hasard et changés au milieu d'une nuit, étaient immortels et pouvaient changer la pierre en nourriture ou en or d'un seul geste.
Puis vint la déchéance, sans que personne ne sache pourquoi, du jour au lendemain la ville et ses habitants sont tombés malade, ils ont commencés à pourrir sur place, sans pouvoir mourir, et la ville est tombée en ruine, ses murs, pierres, et métaux rongés jusqu'à l'os.
Chaque personne qui se transforme continue à etre transférée dans la prison qu'est devenu la ville. pour y souffrir éternellement.

Sarène, princesse d'un autre royaume se rend en Aleron, le petit royaume que les humains survivants d'Elantris ont créé depuis sa chute, pour y épouser le prince héritier. Mais une fois débarquée on lui apprend que le prince est mort pendant son trajet d'une maladie soudaine. Elle est obligé de rester sur place car une des clauses du contrat de pré-mariage qu'elle a signé stipule que si l'un devait mourir, le survivant serait considéré marié et devrait rester fidèle jusqu'à la mort.
Pendant ce temps nous apprenons que son époux n'est pas vraiment mort, en fait il a été touché par le Reod, la malédiction d'Elantris, et qu'il ère désormais dans la ville maudite en essayant de survivre....
Nous suivons donc, en parallèle de la survit du prince, les aventures politiques de Sarène qui essaye de sauver son pays d'adoption des manigances du Fjorden, l'empire concurrent d'Elantris qui depuis sa chute tente de conquérir ses restes ...

Ce roman est l'un des derniers qu'il me restait à lire de Mr Sanderson avec L'âme de l'empereur, et ça a été une bonne découverte.
Les personnages sont bien décrits et très attachants, on souffre avec Roaden, on est frustré avec Sarène qui est obligé de se faire passer pour une idiote car le roi n'a que faire des femmes qu'il considère avec mépris.
J'ai tout a fait accroché aux revendications féministes de Sarène, sa façon de prendre les règles au pied de la lettre et de les détourner subtilement, aussi bien qu'a l'envie d'ordre dans le chaos de Roaden, même si j'avoue que tout ce qu'il fait ne m'a pas vraiment surpris, je n'en attendais pas moins de lui donc il reste attachant. J'ai même aimé suivre Hraten, ce prêtre venu convertir Aleron à sa religion et qui s'avère plus complexe que prévu.
Le fait de suivre trois points de vue est intéressant car on croit vraiment tout savoir et donc on est surpris quand il s'avère que non, la situation étant bien plus complexe que ce qu'elle semble au première abord.  
Bon certes l'histoire est un peu linéaire, et même si la fin surprend car on ne s'y attend pas, les personnages reste quand même assez caricaturaux dans leur genre et ne surprennent pas par leurs actions ni par leur évolution.
En résumé bien que j'ai passé un excellent moment avec ce lui, il ne rentrera pas dans mes coups de cœur car il est un peu trop léger et facile à mon goût.
 
15/20


4 commentaires:

  1. Avec cet auteur, tout est toujours plus complexe qu'il n'y parait c'est ce que j'aime chez lui ^^

    RépondreSupprimer
  2. Oui c'est vrai, après ce livre la est bien moins complexe que ces suivants, on voit que c'est un premier roman mais j'ai beaucoup aimé ^^

    RépondreSupprimer
  3. C'est vrai qu'il a un côté léger mais j'ai beaucoup aimé les différentes visions et la magie utilisée. Puis à chaque fois je suis sous le charme de l'écriture de Brandon Sanderson qui sait si bien raconter les histoires :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vrai que même si on aime moins l'intrigue, la plume de l'auteur est toujours aussi délicieuse et rend le tout intéressant :P

      Supprimer