lundi 23 septembre 2019

C'est lundi... que lisez-vous? #190

Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Galleane repris la relève et a ensuite passé le flambeau à Camille du blog I believe in pixie dust.  
 

On répond comme chaque lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?
 
 
Qu'ai-je lu la semaine passée ?
 
 


Une semaine bien chargée !

- J'ai commencé la semaine par terminer Le prince des fous, que j'ai beaucoup apprécié parce qu'il était moins marqué dark fantasy que la trilogie précédente de l'auteur.
- Planetfall a ensuite été une bonne découverte (que j'ai déjà chroniqué)
- J'ai été surprise que Le grenier des enfers soit la suite directe de Relic, mais une agréable surprise.  Ce tome était différent du précédent niveau ambiance.
- J'ai lu ensuite The scrolls of Gidéon, encore une fois une lecture courte et bien différente des précédents, cette série me plait bien malgré la faible longueur du texte. 
- Une orchidée pour un parvenu n'est pas le meilleur de l'autrice mais c'est bien laissé lire et a constitué une bonne lecture de transition.
- J'ai eu du mal à entrer dans Les Parjures mais la suite m'a vraiment bien captivée.
- Et finalement une agréable découverte à nouveau avec Le dernier de son espèce que j'ai pris un peu au hasard.

Que suis-je en train de lire en ce moment ?


Un court non-fiction sur Agatha Christie est en cours histoire d'attendre deux sorties de mardi qui me font vraiment envies.
 
 Que vais-je lire ensuite ?
 

Et voila les deux livres dont j'attends la sortie avec impatience : le tome 10 des Alex Verus et le 12ième de la série appelée Chasseuse de vampires en français et Guild Hunter en VO, qui est en plus la fin d'un arc dans la série.
Je n'ai pas fait de prévision pour la suite, on verra bien en fonction de mes envies !
 
 
 Et vous, que lisez-vous?

dimanche 22 septembre 2019

Planetfall de Emma Newman

J'ai Lu, 288 pages, 2017, Science-fiction


Ce roman se déroule sur une colonie sur une planète distante. La vie y est paisible et confortable, aidé par leurs imprimantes 3D qui peuvent tout imprimer, de la pièce de rechange au plat préféré de chacun. 
Leur vie est bouleversé par l'arrivée d'un étranger. Celui-ci serait le seul survivant 20 ans après d'une partie des navettes de débarquement qui s'étaient écrasées et dont la colonie n'avait jamais retrouvé le moindre survivant ...

La colonie se situe sous la "citée des dieux" qui est la raison de leur arrivée sur la planète, guidés par la prophète Lee Suh Mi. Celle ci est encore retenue dans la citée, pour que les dieux lui enseignent leur connaissance. Chaque année lors d'une cérémonie, elle envoie une vision à l'un des colon pour leur donner la direction que devrait prendre leur vie pour satisfaire les dieux. 

La narration se fait du point de vue de Ren, l'ingénieure chargée de la maintenance de toutes les imprimantes de la colonie. On a de nombreux flashback sur le début du voyage, sa vie avec Lee qui était sa meilleure amie, comment celle ci a eu ses visions, etc ...

Dés le début on se rend compte que Ren et le leader de la colonie, Mack, ont des secrets et que tout n'est pas ce qu'il semble être. Notamment à propos du fameux crash "accidentel" dont le nouveau est le survivant. Ren et Mack semblent aussi entretenir artificiellement la croyance des autres en Lee et les dieux grâce à de gros mensonges, même si les dieux restent un mystère pour tout le monde.

Petit à petit on découvre les secrets bien cachés qui maintiennent cette utopie en vie.
J'ai trouvé l'intrigue bien faite, on a vraiment une progression dans les découvertes de ce qu'il c'est réellement passé qui donne envie de continuer à tourner les pages. 

Pourtant on est loin du livre d'action. Il est même plutôt tranquille dans l'ensemble.
En fait on a plus une exploration de la personnalité de Ren et de ce qui l'a poussé à se retrouver dans cet engrenage infernal. 

C'est déjà assez rare de suivre un personnage plus âgé. Ren a plus 70 ans, même si la durée de vie a bien augmenté donc elle n'est pas du tout vieille comme le serait une personne de cet age actuellement. Mais ici en plus on a un personnage de couleur, bisexuelle et souffrant d'un syndrome d'anxiété qui prend la forme d'un toc qui la rend incapable de se débarrasser du moindre objet, transformant sa maison en décharge au fil des années. 

Ren est un personnage un peu pathétique au final. On la plaint et on se rend vite compte que son toc vient du fait qu'elle voudrait pouvoir changer les choses. Les secrets l'étouffent petit à petit jusqu'au moment ou tout va exploser. 
Ce personnage était vraiment réaliste dans ses faiblesses. Et c'est ce qui rendait ce livre si intéressant à lire. Plus finalement que le secret en lui même ou le final. 

Le livre n'est pas forcement pour tout le monde, les fans d'intrigues bien développées ou qui aiment avoir de vrai réponses à la fin risquent d'être déçus, de même que ceux qui ont besoin d'action ou d'un coté thriller. Mais pour ceux qui recherchent des personnages atypique bien construits, pas parfait et qui évoluent, ce livre sera surement une belle découverte. 


16/20

D'autres avis sur ce livre : Elessar, Les lectures du Maki, Célindanaé, Joyeux Drille,




samedi 21 septembre 2019

La transe du crystal, tome 2 : Killashandra de Anne McCaffrey

Pocket, 335 pages, 1994 (cette édition), Science-fiction
(existe maintenant en intégrale)


Relecture de la série 20 ans après.
Un petit space opera vraiment sympa. Même si ce second tome n'aborde finalement pas du tout le thème principal de la série, l'intrigue était agréable, pleine d'aventure.

Dans cette série on suit Killashandra, une chanteuse crystal.
Le crystal est une formation spécifique qui "pousse" exclusivement sur la planète Ballybran. Ce crystal entraîne des raisonnantes énorme et seules les personnes arrivant à entrer en symbiose avec un micro organisme local arrivent à survivre sur cette planète étrange.

Killashandra a eu de la chance et elle a pu devenir Chanteuse crystal, le rang le plus élevé qui lui permet de sortir à la surface et d'aller chercher le fameux crystal.
Il existe de nombreuses couleurs de crystal qui lui donnent des fonction différentes.

Tout le monde aimerait trouver du Noir. Le noir est le plus recherché, il s'agit de celui permettant une communication instantanée entre deux crystaux accordés. Il est utilisé de partout et c'est aussi le plus rare.

Cette fois ci Killashandra n'a pas eu cette chance, mais elle a trouvé une veine de blanc. Le blanc est utilisé pour faire les meilleurs orgues de l'univers. Et justement, la planète Ophtéria vient de casser un de ses orgues les plus connus et a besoin d'un remplacement d'urgence avant le début du festival d'été, très réputé.
L'occasion rêvée pour Killa de quitter enfin Ballybran après un an et demi de travail car elle doit se débarrasser des résonances du crystal qui à long terme peuvent être mauvais pour sa santé.

Mais tout n'est pas ce qu'il semble car cette planète la aussi semble très étrange. Il s'agit d'une des seules planètes qui n'ai jamais envoyé de personnel dans les grandes institutions de la galaxie. Killa reçoit donc une autre mission secrète : essayer de découvrir pourquoi ...

Ce tome ci est surement le moins intéressant de la série. C'est limite une histoire secondaire de Killashandra dans un autre monde, qui n'a plus rien à voir avec Ballybran. Ça ne m'a pas empêché de l'apprécier, bien sur, mais il est plus anecdotique dans l'ensemble, il faut le reconnaitre.

Celle ci n'a pas encore les pertes de mémoires du au crystal, mais ça ne saurait tarder. Elle hésite toujours à enregistrer sa vie pour la sauvegarder et s'en rappeler plus tard car il lui semble qu'il y a plus de mauvais souvenirs qu'elle souhaiterai oublier dedans que de bons. Ce qui est sur c'est qu'elle s'en mordra surement les doigts après.
Dans ce tome, plein d'action. Killashandra se retrouve plongé dans une révolte de certains habitants d'Ophtéria pour voir le droit de quitter leur planète. Étant étrangère elle va devoir faire des choix et prendre des risques pour s'en sortir. 
Le tout en rajoutant une romance à l'ensemble histoire de compliquer les choses. 

Dans l'ensemble j'ai bien apprécié cette aventure. C'est reposant finalement, bon enfant aussi et on a l'impression que tout coule de source tellement le style est fluide. C'est vrai que ce n'est pas de la "grande SF" (du moins pas ce tome ci), mais les personnages, leurs relations, et le monde sont tellement agréable à suivre qu'on n'en demande pas plus finalement.

C'est le genre de livre qui m'a laissé une très bonne impression lors de ma première lecture et que j'ai relu avec grand plaisir !


16/20


Mon avis sur le premier tome de la série : La chanteuse crystal



vendredi 20 septembre 2019

The Queen's Thief, book 1: The thief de Megan Whalen Turner

Greenwillow Books, 280 pages, 1996, Fantasy


Un des classiques de la fantasy des années 90 qui n'ont jamais été traduits, The thief est un début de série prometteur. 

Gen est un voleur emprisonné dans le royaume de Sounis. Sa grosse réputation ne l'a pas empêché de se laisser prendre et il végète la bas en attendant qu'on lui retire ses chaines et qu'il puisse enfin essayer de trouver un moyen de s'enfuir.  
Un jour il se fait sortir de sa cellule par le Magnus, le grand conseiller du Roi. Celui ci a besoin d'un voleur pour une mission secrète et lui propose un marché : en échange de sa collaboration, sa sentence sera annulée et il sera libre. Gen accepte bien sur, c'est l'occasion de sa vie en quelque sorte.

Voila une bizarre petite expédition qui s'élance, en dehors du Magnus et de Gen, seul trois autres personnes les accompagnent : les deux apprentis du Magnus et un garde qui sera la pour surveiller Gen et les protéger. Ils devront en traverser du pays avant d'arriver au lieu prévu ...

Cette série est classé en YA de partout mais j'avoue ne pas avoir vraiment compris pourquoi en lisant ce tome. C'est certes un peu simple peut-être mais les personnages et le ton sont ceux de la fantasy classique de cette époque et pour moi il n'est pas plus YA que le début de plein d'autres séries du même genre qu'on classe en adulte (L'assassin royal, les Feist ...)

Le lieu de l'action est basée sur la Grèce, mais une Grèce plus médiéval que l'antique qu'on a l'habitude de lire. J'ai beaucoup apprécié leurs voyage au milieu des champs d'oliviers, leurs repas fait de fromage et de figues, qui donne un coté original à l'ensemble. 

Dans la première partie du récit nous suivons le périple de Gen dans la campagne. Après de long mois passé sans voir le soleil et sans pouvoir bouger, celui si a perdu en masse musculaire et en agilité. Il va donc devoir faire travailler son corps et bien manger pour reprendre des forces pour être à la hauteur de la mission qu'on lui donne.

Pendant le voyage le Magnus continue à distribuer ses leçons à ses apprentis, nous en apprenons donc plus sur la politique, les différents royaumes et leurs points forts et faibles, la mythologies ...
Au final ce voyage est très tranquille. Mais je ne me suis pas du tout ennuyée, les informations arrivent petit à petit pour donner une image globale de la situation et j'ai trouvé ça très sympa.

La seconde partie change du tout au tout vu qu'il s'agit de la mission elle même et de ses conséquences, bien chargés en action et en changements.
L'intrigue de ce tome est totalement basée sur les retournements de situations donc je ne pourras rien vous en dire de plus ici pour ne pas spoiler. 

L'ensemble était très rapide à lire finalement, je l'ai lu en une soirée et en prenant mon temps. J'ai trouvé que c'était vraiment une lecture agréable. Le style est intemporel, il ne s'est pas démodé et il ne fait pas du tout jeunesse. 

Je suis très agréablement surprise au final. Je redoutait un peu la lecture sachant que moi et le jeunesse on n'est pas franchement ami en général. Mais ici tout est passé tout seul et je n'ai relevé aucun défaut à l'ensemble. Le tout est solide et me donne vraiment envie de lire la suite.

Une belle découverte !


16/20


jeudi 19 septembre 2019

La débusqueuse de mondes de Luce Basseterre

Le Livre de Poche, 384 pages, 2019 (cette édition), Science-fiction


Une aventure de Space-opéra bien sympathique et positive, mais peut etre un peu trop légère. 

Dans ce livre on suit 3 personnages d'un équipage dont la mission est de débusquer de nouveaux mondes et de les ensemencer pour rendre habitable à divers espèce extraterrestres.

Le premier personnage est Otton un esclave humain, qui a été libéré par un crash qui a tué tout les autres passagers de son vaisseau après une mutinerie. Il est récupéré par la capitaine D’Guéba, une extraterrestres grenouille qui voyage dans son cybersquale Koba,
Otton est à la fois très débrouillard mais en même temps il a des automatismes d'ancien esclave et malgré tout ce que fait D'Guéba il ne veut pas la lâcher.

Ce qu'elle ne sait pas, c'est que celui ci a reconnu la planète déserte à moitié morte sur laquelle il a crashé à l'origine, et que celle ci à ensemencé, comme étant la Terre, et qu'il fera tout pour récupérer celle ci pour les humains. Mais le problème est que D'Guéba a enfermé la planète dans un écran infranchissable et qu'elle seule peut retirer ...

Le scénario est très sympa, on retrouve plein de peuples différents. On parle de diplomatie entre eux, de la façon de vivre ensemble. C'est un roman qui se concentre sur le bon coté des choses, dans la mouvance qui devient très populaire en se moment aux états unis qui propose de la SF optimiste et qui a été lancée par les livres de Becky Chambers (série Wayfarers, L'espace d'un an par exemple).

Si je devais lui trouver un défaut, j'ai trouvé ce roman un peu trop simple. Il est très sympa à lire mais il manque de profondeur. Tout les thèmes sont plus ou moins survolés sans qu'on entre dans les détails.
Les sujets importants comme par exemple la façon d'être d'Otton qui se rabaisse en permanence et qui a la patience d'accepter n'importe quel traitement du moment que ça le garde en vie ne sont au final qu’effleurés et n'ont pas vraiment d'importance ou d'évolution durant le tome.

Il y a plus d'aventures ici que dans les Becky Chambers tout en gardant ce même genre d’atmosphère et de camaraderie. Ce n'est du coup pas non plus un livre qui a de gros enjeux, le tout est traité de façon légère pour donner un coté positif à l'ensemble.

Si je devais les classer je mettrais ce livre ci un cran en dessous du précédent de l'autrice que j'avais beaucoup aimé, Les enfants du passé, qui abordait à peu près les même thèmes mais de façon plus prononcé et plus complète et complexe.

Ça reste une bonne lecture détente qui fait remonter le moral, c'est juste un peu dommage.


 15.5/20

D'autres avis sur ce livre : La Geekosophe, Prose-Cafe, L'imaginaerum de Symphonie,




mercredi 18 septembre 2019

Planetside, book 2: Spaceside de Michael Mammay

HarperVoyager, 368 pages, 2019, Science-fiction


Ce tome avait une ambiance légèrement différente du précédent. Un peu plus roman noir, un peu moins SF militaire, ce second tome a su me séduire même si il n'arrive pas tout à fait au niveau du premier, Planetside, que j'avais trouvé excellent.

A la suite des événements de la fin du premier tome, Carl Butler a prit sa retraite de l'armée. Il est maintenant consultant sécurité dans une grosse firme. Un jour son patron lui demande d'enquêter de façon discrète sur une possible fuite d'information chez l'un de leur concourants, une rumeur qui cours un peu de partout mais dont personne n'a eu la confirmation.

Mais Carl a l'impression d'aller de moins en moins bien, entre la boisson et les séances chez le psy, depuis son divorce les choses empirent. Voila maintenant qu'il hallucine : il a l'impression de voir des humains aux yeux de Cappans (les extraterrestres de l'enquête du tome précédent) dans la rue ...
Mais est-ce vraiment une hallucination? Si non, est-ce en rapport avec son enquête ou pas?
Il n'a pas fini de chercher les liens, ça c'est sur ...

J'avoue que le début était tranquille. Un peu trop peut-être. Sur la première partie je me demandais quand ça allait avancer même si j'appréciais toujours autant le personnage principal.
Si je devais trouver un point un peu plus négatif dans ce tome ça serait celui ci. On nous laisse mariner avec très peu d'indices et juste la vie de tout les jours du personnage principal pendant un peu trop longtemps à mon gout.

On insiste vraiment sur les états d’âme du personnage, qui a l'impression qu'il sombre de plus en plus et qui ne se raccroche qu'à son enquête pour tenir le coup, même quand on lui demande de laisser tomber car ça devient trop dangereux. Une ambiance finalement très "roman noir", plus sombre que celle du premier tome.

Heureusement, une fois que les premiers éléments arrivent, j'étais à nouveau bien prise dedans, comme le premier. Je ne m'attendais pas du tout à ce type d'intrigue je dois dire. Je pensais que ce tome serait totalement indépendant du premier mais en fait ça en est la suite directe.

La grosse différence entre ce tome ci et le précédent c'est qu'il beaucoup moins militaire vu que le personnage est retourné à sa vie civile, du moins pendant la grande majorité du récit. Ça n’empêche pas le tome d'avoir de l'action, surtout sur la fin, mais elle est tout de même moins présente. Comme je le disais sur le début, peut être un peu moins bien dosée mais l'ensemble était tout de même bien fait.

Et le final ... Sacré cliffhanger ! En fait ça pourrait même être la fin. Le cliffhanger étant limite plus de savoir si c'est vraiment la fin ou pas ...


16/20

Mon avis sur le tome précédent : Planetside,


mardi 17 septembre 2019

La Saga de l'empire Skolien, tome 2 : Radiance de Catherine Asaro

Pocket, 720 pages, 2006 (cette édition), Science-fiction


Ce second tome agrandit de façon vraiment intéressante l'ensemble de l'univers qui avait commencé à être abordé dans le premier tome. Et la ou le précédent m'avait laissé sur ma faim, celui ci se révèle être une totale réussite.

Suite à la mort des héritiers des deux empires rivaux, Skolien et Eubien, la situation se dégrade. La guerre est inévitable.

C'est sans doute le résumé le plus court que j'ai jamais fais d'un livre, mais vous en saurez plus quand j'aurais (ré)expliqué un peu plus le contexte. 

Comme je l'avais bien détaillé dans ma chronique du premier tome, Point d'inversion, je ne vais pas revenir totalement en détail ici. Vous pouvez toujours aller la lire pour avoir plus d'informations.

L'empire Skolien protège la liberté de ses empathes que l'empire Eubien voudrait bien capturer pour son propre plaisir.
Pour l'instant les Skoliens ont la mainmise grâce à leur réseau instantané de communication qui ne peut être géré que par des Rhon, les élites empathe qui n'existent plus qu'en infime quantité dans le monde. Mais cette avantage est en train d'être grignoté par les Eubiens qui tentent par tout les moyens de reproduire le réseau de leur coté en croisant leurs esclaves Rhons avec des Aristos, leurs propres élites. 


Le début de cette série a un peu la même structure que le début de la Ballade de Pern pour ceux qui connaissent. Le premier tome suivait un personnage unique dans une aventure épique, alors que le second lui sort de ce contexte un peu étriqué pour suivre de nombreux personnages éparpillés dans le monde et les différents camps pour nous donner un point de vue bien plus large des événements.

Au cours des 17 années qui sont passées depuis la fin de Point d'inversion, les relations entre les deux empires, qui étaient plus ou moins stables depuis un long moment, se sont vraiment mises a bouger. 
C'est logique dans le sens ou chacun des empires reproche à l'autre la disparition de son propre héritier.

Du coté des Skoliens l’empereur a du choisir un nouvel héritier mais les choix sont limités finalement. Surtout qu'il ne faut pas qu'il choisisse un qui soit trop proche d'une des trois clés déjà existantes sinon le réseau ne sera pas stable et risque de crasher. Ils tentent de reprendre le dessus avec le projet Radiance, une nouvelle arme Les Eubiens se battent entre eux pour l'influence et savoir qui sera le prochain empereur, tout en prévoyant des attaques pour anéantir les Skoliens.

Du coté de Soz et de Jaibriol qui étaient les personnages principaux du premier tome, la vie est très détendue sur leur planète perdue. Ils font quelques drôles de découvertes sur leur monde mais profitent surtout pour fonder une famille nombreuse, avec 4 enfants tous aussi spéciaux les uns que les autres, et tous Rhons. 
Jusqu’au jour ou la situation extérieur les rattrape et ou Soz doit à nouveau prendre les armes pour sauver les siens ... 

Ce tome se divise finalement en deux parties. La première raconte ce qui se passe durant les 17 années, petit à petit. Elle est la pour mettre en place les personnages et les événements. Cette partie la était assez calme finalement, même si on n'a pas un sentiment d'ennui car le temps avance vite. La seconde prend vraiment les choses en mains et l'action reprend de plus belle.

C'est cette seconde partie qui m'a totalement séduite. Je l'ai trouvé épique, grandiose. Tout les éléments sont la pour donner exactement le type de livre que j'avais envie de lire depuis des années. En fait depuis que j'ai terminé la saga Vorkosigan que j'avais adoré il y a une 10ène d'années. C'est donc dans ce tome ci que j'ai vraiment retrouvé les ingrédients qui m'avaient plu, et ce avec grand plaisir.

Enlèvements, intrigues politiques, flottes d'invasion et batailles intenses, trahisons, manipulation du réseau, scènes grandioses et flamboyantes, histoires de famille et de survie ... tout s'enchaine dans un tourbillon énorme qui emporte tout sur son passage. Pas le temps de souffler.
A certains moments épiques j'étais comme un fan de sport devant une victoire de son équipe, j'avais envie de me lever, de crier et de sauter de partout en étreignant les personnes à proximité pour partager ma joie.

J'ai bien aimé aussi le coté technique de ce livre, surtout concernant le projet Radiance. L'autrice étant une scientifique ça se sent dans ce livre car tout peut sembler crédible dans l'univers qu'elle met en place.

Au final je pense que ce livre est tombé au bon moment. Il était exactement ce que j'avais envie de lire au moment ou j'avais envie de le lire. Il a donc été une vrai réussite. 


17/20


Mon avis sur le tome précédent : Point d'inversion,



lundi 16 septembre 2019

C'est lundi... que lisez-vous? #189

Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Galleane repris la relève et a ensuite passé le flambeau à Camille du blog I believe in pixie dust.  
 

On répond comme chaque lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?
 
 
 Qu'ai-je lu la semaine passée ?
 

 
- J'ai commencé la semaine en terminant The Thief, une fantasy que j'ai vraiment bien apprécié. Simple mais efficace.
- Je me suis attaquée ensuite à Gunmetal Magic, un spin off de la série Kate Daniels dans lequel on suis Andréa la collègue et amie de Kate dans des aventures mortelles.
- Killashandra était une relecture, et mon avis reste aussi positif que dans mes souvenirs, un plaisir !
- Et finalement le weekend je me suis décidée à terminer la série Medicine and Magic avec les tomes 4, 5 et 6. Une série très sympa malgré quelques points un peu plus moyens.
 
 
 
 Que suis-je en train de lire en ce moment ?
 
 
 
J'ai enfin commencé le premier tome de cette trilogie. Je trouve le duo de personnage principaux vraiment très sympa à suivre.
 
 
 
 Que vais-je lire ensuite ?
 
Ça devient une habitude depuis quelques mois, je n'en ai aucune idée. Je vais surement lire un nouveau livre pour le Summer Star Wars vu qu'on arrive à la fin et pour le reste on verra bien ^^
 
 
 
 Et vous, que lisez-vous?
 

dimanche 15 septembre 2019

La guerre sans fin, tome 1 : Paria de Jamie Sawyer

L'Atalante, 423 pages, 2019, Science-fiction


On retourne en plein dans l'action avec ce nouveau début de trilogie après Lazare en guerre. Pour l'instant j'accroche un peu moins au personnage principal mais ça reste très sympa à lire tout de même. 


Kiera Jenkins commande maintenant sa propre unité les Jackals. Celle ci n'est quasiment composé que de bleus ayant tous des passés peu recommandable. Mais elle est bien motivée pour transformer cette bande de tache en vrai soldats malgré tout.
Après une mission complétement ratée ou elle a échoué à faire un mouvement décisif et à sauver des otages, son équipe et elle se retrouvent volontaires forcés dans une étrange mission secrète bien mal adaptée à leurs capacités ... 

Niveau contexte la guerre contre les Krells et le directoire est enfin terminée, mais d'autres ennemis se profilent, ainsi qu'une affaire concernant d'étranges disparitions d'étoiles dans la zone la plus peuplée du Maelstrom.

Jenkins a encore du mal avec le commandement. Elle a des idées très arrêté sur ses propres hommes et ne leur fait absolument pas confiance. En gros elle se comporte plus comme une baby-sitter que comme une vrai chef du moins au début. Elle fait pourtant de son mieux, et les élèves qu'on lui a filé ne l'aident pas vraiment. 

Novak est un russe. C'est un criminel, une grosse brute, très grand et effrayant, qui est entré dans le programme simulant pour réduire sa peine de prison. Bien plus complexe qu'il n'y parait au premier abord c'est un personnage que j'ai beaucoup aimé. Évidemment personne ne lui fait confiance et encore moins Jenkins.

Lopez est la fille d'un sénateur qui milite contre les Sim Ops, et on comprend bien qu'elle a choisi cette voie la pour le mettre en colère. C'est un peu le point faible du groupe, il va falloir tout faire pour la faire rentrer intacte sinon le programme entier pourrait être enterré en moins de temps qu'il faut pour le dire. En plus elle n'est la que pour faire son service militaire obligatoire sur sa planète, donc elle n'est pas la plus motivée du groupe.

Feng est un clone du directoire. Ceux ci, grandit de façon rapide et manipulés mentalement étaient les plus redoutables ennemis de l'alliance avant que la paix relative entre les humains arrive. Feng a été retiré à sa crèche avant que les dommages ne soient fait mais il est sans cesse remis en question. Jenkins n'imagine même pas le laisser seul un seul instant ou lui donner la moindre responsabilité tellement elle s'en méfie. C'est bête parce qu'il semble être le membre le plus motivé et sincère de cette troupe de bras cassés.

Et finalement le dernier membre est Riggs, un ancien marine. En fait c'est le seul qui ai un peu d’expérience et en qui Jenkins se fie un minimum. Elle en a fait son second. Il semble un peu le soldat parfait, calme et confiant, sans problème. 

A eux se rajoute Zero, leur opératrice de bord. Ancienne victime des Krells dont elle a une peur panique, elle va faire de son mieux pour guider son équipe le plus sereinement possible. C'est un peu la victime que le groupe va sans cesse devoir protéger car elle ne maintient leurs propres corps en vie pendant qu'ils se battent.
Au final si j'ai bien apprécié cette lecture, j'ai moins apprécié Jenkins parce que j'avais du mal avec sa conception de la confiance. Au bout de combien d'insultes et de preuve qu'on ne fait pas confiance à quelqu'un cette personne va finir par vous le faire payer? Elle est bien trop ouverte dans ses idées. Si j'étais Feng ça aurait fait longtemps que j'aurais abandonné l'idée d'essayer de prouver que j'étais digne de confiance. Mais heureusement pour elle il est plus motivé que moi. 

D'une équipe complétement désordonnée, Jenkins va devoir en faire de vrai Sim Ops, capable de supporter les morts quelque soit la pression mise sur eux. Et elle va devoir surtout se remettre elle même en question pour y arriver.

Leur principal ennemi dans ce cycle se révèle être la spirale noire. Un groupe terroriste dont on ne comprend pas encore vraiment le but. Ceux ci attaquent des stations habitée un peu au hasard et sont donc imprévisibles. 
Un nouveau changement important dans le monde est le fait que les Krells ne sont plus vraiment les ennemis. Ces nouveaux pseudos alliés ne sont vraiment pas facile à comprendre mais on a de l'espoir pour la suite.

L'intrigue est pleine de tours et de détours et on ne sait vraiment pas à l'avance ou elle va nous mener. En plus le livre se termine sur un gros cliffhanger qui me donne presque envie de continuer la série en VO plutôt que d'attendre la VF ! 


16/20

Mon avis sur la trologie précédente, Lazare en guerre, tome 1 : L'artefact, tome 2 : La légion, tome 2.5 : Rédemption, tome 3 : Le revenant,

D'autres avis sur ce tome : Albédo,



 

samedi 14 septembre 2019

SPI Files, book 6: The Phoenix Illusion de Lisa Shearin

Autoédité, 278 pages, 2018, Urban fantasy


Je suis toujours très contente quand je sais que je vais sortir un tome des SPI Files car cette série arrive toujours à me faire passer un excellent moment.
Ce tome ci n'a pas fait exception, même si il était peut être un peu moins prenant que les meilleurs de la série jusqu'ici. Maintenant je suis à jour avec la série donc plus qu'à attendre le prochain ! 

Dans ce tome l'équipe du SPI cherche à savoir pourquoi des bâtiments apparaissent et disparaissent mystérieusement, menaçant la vie des personnes à l'intérieur.
Tout commence lors d'une soirée de repos lors qu'ils sont témoins de l'arrivée mouvementée d'une résidence de Rake de son monde parallèle dans le notre, à la place d'un terrain vague. La maison est en feu mais ils sont quand même capable de sauver l'un de ses habitants, le régisseur de Rake qui n'étais jamais venu dans notre monde avant.

En enquêtant un peu ils s'apperçoivent vite que cette maison n'est pas la seule à être apparu ou a avoir disparu. Toutes sont liées à des pierres bizarre que seul Tam, le cousin de Rake arrivera à identifier. Celles ci font parti d'un lot ayant disparu dans une ville fantôme de leur monde ...

J'aime l'idée des mondes parallèle. Ici on passe du coup vraiment totalement dans de la portal fantasy, car il faut s’inquiéter aussi bien des personnes dans notre monde que de la politique dans le monde de Rake. Ce n'est pas la première fois que les deux se rencontrent dans la série mais c'est la première fois que c'est vraiment au cœur de l'intrigue. 

En fait en y réfléchissant une partie de ce qui rend cette série si sympathique sont les relations entre les personnages. Cette camaraderie mélangée à la compétition entre certains rend les discutions et les situations vraiment très fun. Malgré leur diversité extrême (on trouve de tout), on a vraiment envie d'être amis avec tous et à partager leurs aventures.

C'est le genre de lecture qu'on passe avec un grand sourire et qui met de bonne humeur. C'est aussi pourquoi cette série joue si bien son rôle de lecture de transition car la facilité que j'ai à se rentrer dedans fait que j'arrive à chaque fois à changer d'état d'esprit et à pouvoir repartir ensuite sur autre chose bien plus à l'aise que directement après une autre lecture plus difficile.
 
En bonus j'ai également appris en lisant les autres chroniques de ce tome que Tam était l'un des personnages principaux d'un autre série de l'autrice. Du coup maintenant je sais ce qu'il me reste à lire ensuite en attendant que la suite de celle ci sorte.

16/20


Mes avis sur les tomes précédents : book 1: The Grendel Affair, book 2: The Dragon Conspiracy, book 3: The Brimstone Deception, book 4: The Ghoul Vendetta, book 5: The Myth Manifestation


vendredi 13 septembre 2019

Mindspace Investigations, book 4: Vacant de Alex Hughes

Roc, 347 pages, 2014, Urban fnatasy, Science-fiction


Un tome intense qui est malheureusement le dernier sorti de la série depuis toutes ses années. 

Adam se voit offrir une affaire par le FBI. Non seulement cette affaire lui permettrait de faire ses preuves et de devenir consultant plus tard, remplaçant son boulot avec la police qui bat de l'aile depuis quelques temps. Mais en plus cette affaire concerne la protection d'un jeune garçon dont il a des visions d'horreur depuis quelques mois.
Il n'est donc pas question pour Adam de ne pas dire oui.

Mais les temps sont durs et c'est vraiment le plus mauvais moment qui pourrait arriver car Cherabino son ancienne collègue avec qui il commence à sortir se retrouve suspect n°1 dans un meurtre qu'elle aurait commit alors qu'ils se sont retrouvés dans une bagarre tout les deux à la sortie d'un match ...

J'aime toujours autant l'ambiance de cette série.
Adam lutte de toutes ses forces contre son addiction et à chaque coup dur le besoin revient de plus fort. Il fait tout pour penser à autre chose mais quand les événements s'accumulent ce n'est pas facile.

Dans ce tome il suspecte un antagoniste précédent d'être impliqué dans les deux affaires mais n'arrive pas à trouver le lien. Les choses semblent vraiment trop grosses pour être juste une coïncidence. Mais tout ce qui se déroule autours de lui le distrait et il a déjà ses mains pleines rien que pour protéger le jeune garçon dont les pouvoirs de télépathe sont naissants et lui compliquent la vie. 

On réalise bien vite qu'il est tombé dans un piège bien ficelé et qu'il va devoir y mettre du sien si il veut en réchapper vivant. Bien sur, la carrière de Cherabino elle est mise entre parenthèse pour le moment, et il espère qu'elle arrivera à se débrouiller seule de son coté car il ne peut pas être la pour la soutenir.

Dans l'ensemble ce tome est tout aussi intense que les précédents. Le récit à la première personne d'Adam mêle bien les émotions avec les faits. En plus le tout est amplifié par son don qui lui fait ressentir les émotions et les pensées des autres personnes autours de lui. En tout cas si vous cherchez un récit qui vous dissuade de vouloir un jour être télépathe et pouvoir lire les pensées des gens, c'est celui ci !

Mon seul regret ici est de ma dire que la série est pour l'instant inachevée et qu'on n'est pas sur que la suite arrivera un jour. 


16/20

Mon avis sur les autres tomes de la série : book 1: Clear, book 2: Sharp, book 3: Marked,