mercredi 16 janvier 2019

The Quantum Magician de Derek Künsken







Année de sortie : 2018
Éditeur : Solaris
Nombre de pages : 480
Genre : Science-fiction
 
 
 
 
 
Mon avis
 
Une histoire intelligente qui arrive à retomber sur ses pieds grâce à plein de bonnes idées qui amènent à de belles réflexions.

Belisarius Arjonan ou Bel pour ses amis est un Homo Quantus. Dans le lointain futur dans lequel se passe ce livre, les humains à diverses périodes et pour diverses raisons (plu ou moins bonnes) se sont lancés dans la modification extrême du patrimoine génétique humain donnant de ce qu'on pourrait appeler des sous espèces humaines, parmi elles les Numen et les Puppets, ou la tribu des Mongrels ( Homo eridanus) qui font aussi parti de l'intrigue. Les résultats ne se sont pas vraiment révélés à la hauteur de leur espérances dans la grande majorité des cas, mais ces sous espèces ont perduré et vécu, et il faut faire avec maintenant.

L'Homo Quantus est un humain non seulement capable de détecter les courants magnétiques mais aussi les états quantiques. Il est également capable de réserver une partie de son esprit, jusqu'à la totalité, et de se mettre dans un état ou sa conscience disparait au profil d'un intellect dévoué au calcul quantique. Quand il l'est partiellement il s’appelle l'état Savant, et quand il l'est totalement c'est la Fugue

La plupart des Homo Quantus sont à la limite de l'instabilité, beaucoup souffrent de schizophrénie. Ils se sont donc fabriqué un espèce de paradis qui leur correspond et ou leurs esprit peuvent travailler sur des projets qui les intéressent. En fait dans leurs modifications ils ont fait en sorte qu'ils ressentent du plaisir à calculer et à se plonger dans ces autres états de conscience. 

Mais Bel a décidé que cette vie protégée et enfermée n'était pas pour lui, il veut voir le monde. Et surtout il n'aime pas du tout se plonger dans la fugue parce qu'il a l'impression que plus il y va, plus il a de mal à en sortir, et il craint qu'un jour il reste bloqué dedans, sans conscience.

Du coup il lui faut quand même trouver des éléments pour occuper son cerveau, sinon l'envie de la fugue reste trop présent. Il c'est donc lancé dans la création et l’exécution d'arnaques de tout genre. Il a même fini par être appelé "le magicien" parce qu'il a un don pour réaliser l'impossible.

Quand il est contacté par un groupe militaire qui souhaite faire passer en douce 12 vaisseaux à travers le trou de ver protégé par les Puppets, il saute sur l'occasion. 

Lorsque les humains se sont dispersés dans la galaxie, ils ont découvert un système de passages abandonnés sous forme de trous de ver permettant un voyage rapide d'un lieu à un autre. Bien sur ces passages sont en nombre limité et du coup ils sont très bien protégés par ceux qui ont la chance d'en avoir un dans leur zone.

Bien sur pour que le plan de Bel fonctionne il va devoir avoir besoin d'une équipe. Composée d'un panel de personnalités très différentes qui ne se connaissent pas, ils vont devoir apprend à travailler ensemble pour la réalisation du projet.

*****

Ce qui marche dans ce roman, c'est le fait de prendre un type d'intrigue très familier (l'arnaque que Bel met en place), avec tout ce qu'on attend dedans : la formation de l'équipe, les différents personnalités qui s'entendent ou pas, les personnages qui se chamaillent et les divergences qui peuvent être plus profondes. Vont-ils réussir à s'entendre suffisamment pour que tout fonctionne? Et si il y a un dysfonctionnement les autres sauront-ils s'adapter?

Et de plonger cette intrigue dans un monde totalement différent et qui pourrait être difficile à appréhender dans d'autres circonstances. Mais la familiarité des éléments précédents aide en fait à ne pas trop se sentir submergé. On sait ou l'intrigue va nous mener, au final, malgré tout le reste. Du coup en très peu de pages il arrive à nous faire assimiler plein de choses. 


Le point le plus marquant n'est toute fois pas l'intrigue, mais surtout les différents sous espèces humaines et leur façon de fonctionner. Cette partie la était vraiment très intéressante, soulevant de nombreuses questions et réflexions. Notamment celle sur ce qu'est la liberté pour une personne qui a été modifiée sans qu'on lui demande son avis, ou celle sur la responsabilité qu'un humain a sur les fautes/actions de ses ancêtres. 

Finalement c'est vraiment ça qui fait le gros plus de cette lecture. J'ai été à la fois fascinée et horrifiée par les relations entre les Numen et les Puppets, ou par la difficulté à vivre des Mongrels. Mais en même temps on se dit que l'humain serait tout à fait capable de réaliser ce genre de chose, et c'est ça qui nous effraye le plus, je pense, et nous met mal à l'aise. Ça a trop de résonance vis à vis de notre passé pour ne pas sembler réaliste.


Au final, je n'ai pas été particulièrement impressionnée par l'arnaque en elle même, je trouve même que c'est le point faible du roman. Le plan semble limite trop simple au départ pour un grand cerveau comme Bel. En plus qu'il est dévoilé un peu trop tôt à mon gout ce qui gâche un peu le suspense et apporte pas mal de mou à l'intrigue au milieu - heureusement compensé en partie par les autres idées qui arrivent à ce moment la.
Mais elle trouve bien sa place au milieu de tout le reste. Heureusement qu'il y avait tout de même de bonnes idées bien développées sur l'ensemble du roman.
 

16/20


Autres avis sur le livre : Apophis, Blackwolf,

lundi 14 janvier 2019

Mindspace Investigations, book 1: Clean de Alex Hughes







Année de sortie : 2012
Éditeur : Roc
Nombre de pages : 340
Genre : Urban Fantasy / Science-fiction





Mon avis :

Une bonne découverte ! 

On est sur un mélange d'urban fantasy et de science-fiction. Un peu à l'image des Danny Valentine ou des Rachel Morgan ou on n'est plus vraiment dans un monde qui ressemble au notre actuel.

50 ans avant le début de l'histoire, qui se passe dans un futur plus ou moins proche, une "Tech-War" c'est déclenché dans laquelle les différents protagonistes ont utilisé la technologie pour tuer (par exemple en utilisant des virus informatiques qui bloquaient les gens dans leurs maisons connectées et ensuite y mettant le feu avec des courts circuits, tout ce qu'on peut imaginer du genre).

On est donc dans un monde ou il y a des voitures volantes, des organes artificiels fonctionnant mieux que les originaux (humains augmentés), des puces pour se connecter aux ordinateurs directement dans sa tête ... mais en même temps on se méfie de la technologie en général. Et malgré l’existence de merveilles technologiques une partie de la population, pour notamment tout ce qui est administration, ne se fient qu'a la "low" tech, en gros les objets non connectés et pas du tout high tech, et les AI sont totalement interdites.

Limite je qualifierais ça d’ambiance cyberpunk mais à petite dose seulement, on est loin des idées de Carbone modifié (par exemple). Ici le coté cyberpunk est surtout en background, vu qu'en fait l'intrigue est vraiment du type urban fantasy : enquête avec des pouvoirs spéciaux et en rapport avec les pouvoirs en question. Il faut vraiment se dire que ce n'est qu'un contexte, ceux qui liraient ce livre pour ce coté la seraient un peu déçu je pense. Pour ma part je trouve que le mélange fonctionne bien, et il m'a séduit.

La Guilde, l'association des puissants surnaturels (tous humains ici, on a des pouvoirs plus du genre super héros - télépathie, télékinésie, téléportation ... aucun vampires, garous, fae ...) a réussi à s'imposer dans les ruines de la Tech-war, en utilisant ses pouvoirs pour sauver le monde. Elle y a gagné son indépendance et sa puissance.

Le héros de la série, Adam Ward, est un télépathe du plus haut niveau. Mais il est devenu addict à une nouvelle drogue très puissante suite à des essais en labo qu'il a accepté de faire pour la guilde juste après la mort de son meilleur ami. La drogue était trop forte et il était déjà totalement accro après la 3ième prise. Il a causé tellement de problèmes pour se procurer ses doses qu'il a fini par être expulsé de la Guilde.

Maintenant, 6 ans après, il a plus ou moins trouvé une pseudo stabilité en devenant consultant pour la police d'Atlanta. Plus ou moins ... parce que l'envie le titille tout les jours, mais il est trop puissant et utile pour qu'on le laisse dévier encore. Il est suivi quotidiennement par un psycologue-gardien qui fait tout ce qu'il y a à faire pour qu'il ne retombe pas dans son addiction et que ça ne mette pas sa vie en danger.

Il officie surtout pendant les interrogatoires de suspects. Évidemment il y a plein de règles et il ne peux pas simplement plonger dans l'esprit de la personne et décréter qui est coupable ou innocent, mais il peut utiliser le peu qu'il capte en surface pour déstabiliser la personne et la faire avouer finalement en lui foutant la pression.

Pour cela il utilise le Mindspace, une espèce de vision magique, comme une autre couche de réalité qui lui donne toute sorte d'informations. Adam est un pro la dessus, il a le don de trouver instinctivement la bonne façon de parler aux gens pour les faire craquer.

Mais une grosse affaire arrive, les morts se succèdent et il soupçonne une personne de la guilde d'être impliquée ... il n'en faut pas plus qu'il décide de s'impliquer dans l'affaire personnellement ...

J'accroche bien avec le personnage. Il est vraiment perdu, il (sur)vit au jour le jour, cassé et cette intrigue le titille et lui redonne un peu l'envie de faire quelque chose de sa vie.

En deux mots : j'adore. C'est totalement ma came (lol ...). Ha ce que ça m'avait manqué ce genre d'intrigues. Un nouvel univers original, une intrigue policière, tout ce que j'aime.

Bon après c'est vrai que vu de loin la sauce parait un peu déjà vu parce que c'est hyper classique ce genre d'enquêtes en urban fantasy et en cyberpunk. Il n'y a rien de vraiment nouveau, mais le mélange fonctionne vraiment bien ici et le personnage de Adam donne un vrai plus au récit.

Un petit point marrant mais en fait de tout le livre on ne connais pas le nom du protagoniste en fait. Je l'ai noté en allant voir sur le site de l'auteur mais dans le livre il n’apparaît pas. On apprend juste son prénom à la dernière ligne du livre quand il se rend à une réunion de narcotiques anonymes et que le livre se termine sur la phrase "Bonjour, je m'appelle Adam, et je suis un addict".

Bref, je vais essayer d'être patiente et de ne pas lire le suivant tout de suite, mais ça va être difficile, je vais tenter d'attendre au moins un moins voir deux si je peux !

 
17/20

C'est lundi... que lisez-vous? #155

Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Galleane repris la relève et a ensuite passé le flambeau à Camille du blog I believe in pixie dust


On répond comme chaque lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?


Qu'ai-je lu la semaine passée ?



- J'ai commencé la semaine en terminant The Quantum Magician que j'ai vraiment bien apprécié de par ses thèmes abordés.
- J'ai relu ensuite le 12ième tome de Charley Davidson : Douze tombes sans un os. Une vrai réussite, fou rires compris.
- J'ai enchaîné ensuite par une nouvelle relecture mais dans un genre tout à fait différent avec Mort sur le Nil, qui était vraiment très sympa malgré le fait que je me sois souvenu de la fin au milieu.
- Les graines de la discorde m'a mieux plu que le précédent, ce qui est un bon point.
- Et j'ai terminé la semaine avec The rogue prince, un spin off d'une série que j'avais lu il y a 2 ans (Fallen Empire) et que j'ai vraiment bien apprécié : fun, personnages sarcastiques et aventures.


 Que suis-je en train de lire en ce moment ?
Je suis en train de lire l'avant dernier tome d'Immortal Vegas, qui est vraiment très sympa pour l'instant ^^
Que vais-je lire ensuite ?


Pour une fois je suis capable de me faire un programme, je pense que c'est une bonne chose :)
On verra bien si je le respecte ou pas !

 
Et vous, que lisez vous?   
 

vendredi 11 janvier 2019

Craft Sequence, book 5: Four Roads Cross de Max Gladstone






Année de sortie : 2016
Éditeur : Tor books
Nombre de pages : 416
Genre : Fantasy
 
 
 
 
 
 
Mon avis :

Un tome bien réussi qui fait directement suite au tout premier de la série (dans l'ordre de publication).

Warning : spoilers sur Three Parts Dead, le premier tome de la série dans cet ordre de lecture.

L'histoire de ce tome se passe un an après Three Parts Dead.
Tara est devenue la principale conseillère de l'église de Kos tout en aidant Seril en cachette, un boulot très demandant et ne payant pas beaucoup, elle a toujours du mal à rembourser ses dettes. Les autres personnages, qu'on retrouve aussi, Abelard, Cat ou Raz ont tous leurs problèmes personnels aussi, en plus de leur fonction.

Kos va beaucoup mieux et il protège toujours secrètement Seril. Petit à petit Tara met en place des produits et une base pour Seril, qui lui permettront sur le long terme de pouvoir vivre seule et se défendre. Mais ça n'est pas encore le cas et Seril est extrêmement fragile. 
Les gargouilles commencent à semer le trouble, ils ne comprennent pas pourquoi ils ne peuvent pas aider ouvertement les habitants comme leur foi le leur demande, et du coup attendre devient de plus en plus difficile. En plus les habitants eux même comprennent très vite le retour de Seril, qui est donc obligé de se dévoiler publiquement, bien trop tôt, au grand dam de Tara qui aurait voulu la maintenir secrète plus longtemps.

Un important groupe d'investisseur qui finance une partie de Kos commence à ce moment la à attaquer la relation entre Kos et Seril. Ils pensent que Kos est fragilisé et que si Seril tome, Kos tombera avec. Ils attaquent donc l'église de Kos en justice ...

*****

En fait ce tome est vraiment la suite directe des événements du premier tome.
C'est pour ça qu'il est difficile de vraiment faire un résumé, puisqu'il y a un nombre très important de facteurs qui influencent l'intrigue. 

Pour ceux qui ne connaitraient pas, Craft Sequence est une série de 5 tomes (+1 final ensuite) qui a différents ordres de lecture et qui est centrée sur une magie qui tient tout du droit des contrat et de la finance internationale. 

Pour résumer le système magique rapidement :
- Les dieux de ce monde sont l'esprit collectif de leurs croyants qui a fini par prendre vie, ils reçoivent de l’énergie par toutes les prières qui leurs sont dévolues et l'utilisent pour faire les miracles que le peuple espère. Mais quand un dieu devient trop puissant il lui reste de l’énergie non utilisée. 
- Un système d'échange international c'est donc petit à petit mis en place dans lequel les dieux peuvent prêter de leur puissance à d'autres sous des règles dictées par des contrats gérés par leur clergé. ce système marche un peu comme nos marchés financiers actuels. 
- Les mages de leur coté peuvent utiliser la puissance des phénomènes naturels ainsi que celle des dieux (si ils peuvent se l'offrir) pour réaliser ce qu'ils souhaitent, ils peuvent même devenir immortels si ils ont suffisamment de puissance pour maintenir leur corps (ou ce en reste).

Bien sur ce que j'en dis la n'est vraiment qu'un trait grossier en comparaison de tout les détails que l'ont découvre petit à petit dans la série.

*****

En plus de Tara, Cat et les autres que l'on connaissait déjà et qui continuent sur leur lancée, on nous introduit de nouveaux personnages qui forment une représentation des différentes façons de penser des habitants de la ville d'Alt Columb. Certains croient en la nouvelle Seril tandis que d'autres sont toujours enfermés dans la peur de la folie passée des gargouilles et ne veulent rien entendre. 

En fait l'intrigue est une fresque des différents protagonistes alors que la ville est de nouveau prise dans une crise. Une crise qui finalement est quasiment aussi dangereuse que la précédente, car si Kos est déclaré fragile, c'est toute l'économie et la puissance de la ville qui va tomber avec lui.

Tara va devoir luter de toute ses forces pour ne pas se laisser submerger. En plus elle commence elle même à douter. Est-elle en train de devenir la première prêtresse de Seril à force de l'aider? Et ce n'est vraiment pas le bon moment pour se laisser distraire ou avoir des questionnements sur sa foi.

Elle se lance dans ce qui pourrait totalement être considéré comme une quête ou elle va devoir trouver un moyen de protéger Seril sans mettre en danger Kos, et sauver Alt Columb d'un ennemi très déterminé à récupérer toute la puissance du dieu si il mourrait vraiment cette fois ci.

Au final il y a vraiment un nombre important de sous intrigues qui avancent toutes en parallèle. Elles jouent un rôle quasiment aussi important que l'intrigue principale.

Dans l'ensemble j'ai vraiment bien apprécié ce tome. C'est sur que le coté nostalgique de Three Parts Dead a certainement bien joué mais pas que. Le coté "Waou" du world building continue a faire son petit effet, même quand on n'a pas vraiment de nouveaux éléments comme ici. 

C'est vrai que si on cherche la petite bête on pourrait facilement dire que certains points ne sont la limite que pour faire plaisir aux fans, comme la romance, mais finalement pour ma part ça ne m'a pas dérangé car ça fait parti de l'ensemble et ça donne un peu de diversité aux différentes relations entre les personnages.

Je trouve que Three Parts Dead et ce tome forment un bon tout, il s'agit en fait vraiment de la même intrigue qui se poursuit. Du coup c'est vrai que j'imagine bien quel effet ça doit faire de les lire à la suite comme dans l'autre ordre de lecture ou ils sont en position 3 et 4.
Ce qui fait que j'anticipe avec plaisir ma futur relecture de la série, cette fois ci dans l'ordre des titres, pour voir la différence que ça offre à l'ensemble.


17/20

Mes avis sur les autres tomes de la série : tome 1: Three Parts Dead, tome 2: Two Serpents Rise, tome 3: Full Fathom Five, tome 4 : Last First Snow,

mercredi 9 janvier 2019

Salicorne, tome 1 : Le livre d'Ygrenne de Françoise Berr







Année de sortie : 2018
Éditeur : Alter Real
Nombre de pages : 380
Genre : Science-fiction, Fantasy
 
 
 
 
 
Résumé
 
Sur Salicorne, petite planète perdue dans la constellation d'Andromède, la vie des humains ne vaut pas cher aux yeux des Ashanti. Ces extraterrestres y font régner la terreur depuis qu'ils l'ont annexée trois siècles plus tôt aux commandes des Ailes de la Mort, leurs vaisseaux sub-luminiques destructeurs de mondes. Alors que des disparitions inquiétantes déciment sa communauté, Ygrenne, jeune femme de 19 ans, apprend le mystère entourant ses origines. Elle appartient à l'ancienne lignée des Reynes-Licornes ayant régné autrefois sur la planète avec les Immortelles. Ces créatures mythiques sont des licornes auxquelles les légendes attribuent d'immenses pouvoirs. Elles seules pourraient aider les hommes à recouvrer leur liberté. Mais elles semblent avoir disparu. Poussée par une ancienne prophétie, Ygrenne va se lancer à leur recherche avec Eamon, l'homme qu'elle aime depuis son enfance.


Mon avis
 
Je suis malheureusement passé à coté de la majorité de ce livre, qui avait pourtant quelques points intéressants.

On est ici vraiment à la croisée de la fantasy et de la science-fiction. En fait si le background est résolument porté sur la science-fiction, avec des technologies vraiment très avancées, des A.I., un peuple extraterrestre guerrier, ... finalement le fond de l'histoire est plus fantasy avec une quête, un élu et tout les points habituels, mélangé a un coté "recherche de la liberté" classique en général des dystopies.

 
Un point que j'ai vraiment bien aimé dans ce livre a été les Ashantis. Ils sont en fait bien moins humanoïdes que ne le laisse penser la couverture. D'après les descriptions en fait j'avais vraiment l'impression de retrouver le peuple des Charrs du jeu Guild Wars (pour ceux qui connaissent, voir image si contre).

Les Ashantis sont une espèce de prédateurs "ultimes" et qui veulent garder leur pureté et leur force. C'est vrai que la question qui m'est venue au début a été : mais comment un peuple si agressif et pour qui tout ce qui n'est pas le combat est dénigré a pu atteindre un niveau scientifique si avancé si rapidement?
En fait c'est juste que l'image des Ashantis qu'on a sur Salicorne n'est pas vraiment représentatif de toute leur race et qu'ils sont du genre à ne jamais laisser tomber quand ils sont confrontés à un problème.


En fait dans le livre l'intrigue se divise en deux parties. En plus de l'histoire Ygrenne et de sa licorne, racontée dans le résumé éditeur que j'ai mis plus haut, nous suivons aussi Akkaat. Celle ci est une Ashanti, la maitresse ou plutôt l'employeur d'Ygrenne.
Pendant qu'Ygrenne est occupé à rechercher ses origines, de son coté Akkaat est un peu la seule Ashanti à s’intéresser de plus prés aux humains. Du coup quand Ygrenne lui apprend les disparitions mystérieuses de ses compatriotes, elle décide d'enquêter de son coté et ce qu'elle va trouver n'est pas bien joli. 

Si il n'y avait eu que l'histoire d'Akkaat, ce livre aurait bien mieux marché pour moi, parce que j'aime les intrigues politiques, les luttes de pouvoir. Surtout que pour les Ashanti ça n'est pas du gâteau, le moindre faux pas peut vous couter cher. J'ai bien apprécié ces jeux de pouvoirs, la façon dont Akkaat utilise sa différence pour obtenir ce qu'elle souhaite. Elle est vraiment déterminée à avoir le fin mot, à trouver ce qu'il se passe dans les bas-fond de son peuple et de leurs manipulations des autres espèces.

 
Mais malheureusement, j'avoue que le point faible du roman a été pour moi les humains. En comparaison je les ai trouvé plats et faibles et j'avais vraiment du mal à m’intéresser à eux. C'est vrai que le coté "misérable" est bien fait, on sent qu'ils ont peur en permanence, ils ne sont que des esclaves à la merci des instincts tueurs des Ashantis. Mais ça n'a pas suffit pour moi.

Il faut dire qu'Ygrenne n'aide pas trop. Elle est à la fois trop crédule et peureuse. Elle commence à montrer des signes d'indépendance à certains moments, vu qu'elle est un peu du genre à ne faire que ce qu'elle a envie si on ne la force pas, mais mon intérêt pour elle n'est jamais monté très haut. 

Le problème c'est que son histoire était vraiment trop cliché sur certains points, bien sur qu'elle est l'élue, bien sur qu'elle va tout changer. On le sait à l'avance et du coup ça ne surprend personne.
En plus on pourrait limite classer ce roman en dystopie young adult, c'est typiquement une histoire de peuple opprimé qui va tenter de reprendre sa liberté par le biais d'une ado qui n'a pourtant rien de différent des autres au départ. Et je ne suis pas vraiment fan de ce genre d'histoires.

Du coup je ne dirais pas que c'est une mauvaise dystopie, loin de la, elle en a tout les points habituels, en plus elle se mélange bien à de la fantasy classique, et pourra surement plaire à ceux qui apprécient ce genre, ce n'était juste pas fait pour moi.


Au final je suis passé à coté. J'ai eu du mal à trouver de l’intérêt pour une partie du récit, malgré la bonne invention des Ashantis et de leur façon de vivre, tellement différente de la notre. Je ne lirais pas la suite.

13/20



Livre lu en SP dans le cadre du Prix Littéraire Sirius SF.

lundi 7 janvier 2019

C'est lundi... que lisez-vous? #154


Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Galleane repris la relève et a ensuite passé le flambeau à Camille du blog I believe in pixie dust



On répond comme chaque lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?
 
 

Qu'ai-je lu la semaine passée ?


- J'ai commencé la semaine en terminant ma relecture de La main du démon, un tome angulaire dans la série qui redéfinie vraiment tout ce qu'on savait, j'ai adoré.
- J'ai ensuite lu Clean, un bon mélange entre science-fiction et urban fantasy, un livre qu'on pourrait limite classer en cyberpunk (vu que le style "noir" est commun aux deux) si le background en question était plus développé (ce qui n'est pas vraiment le cas). Un super découverte !
- J'ai lu Le miroir de sang (que j'ai déjà chroniqué) sur toute ma semaine, une très bonne lecture dont certaines révélations m'ont époustouflées !
- Et j'ai terminé sur Coeur de fripouille qui malheureusement est un peu passé à coté car c'est en fait le spin off d'une autre série non traduite et que du coup les informations n'étaient pas suffisamment claires pour vraiment s'y retrouver dans l'univers et l’intrigue. 



 Que suis-je en train de lire en ce moment ?
J'ai décidé de mettre Urban Allies un peu de coté pendant mes vacances, je le reprendrais quand j'aurais à nouveau moins de temps pour lire.
Du coup j'ai commencé The quantum Magician, pour l'instant c'est très sympa, mais je l'ai tout juste commencé, hâte de voir comment ça va évoluer. 




Que vais-je lire ensuite ?
Pour une fois je ne vais rien mettre, en dehors d'une LC qui est prévu, je marcherais totalement à l'envie du moment ! 
Je rajoute peut être aussi ma dernière relecture à faire dans la saga Charley Davidson, histoire d'être à jour pour la sortie proche du dernier tome dans les jours à venir .


Et vous, que lisez vous?  

dimanche 6 janvier 2019

Le porteur de lumière, tome 4 : Le miroir de sang de Brent Weeks






Année de sortie : 2017
Éditeur : Bragelonne
Nombre de pages : 669
Genre : Fantasy




Mon avis

Un tome qui a vraiment su remonter dans mon estime par rapport au précédent qui, sur le long terme, m'avait laissé un peu plus dubitative en comparaison des premiers (malgré la bonne note que je lui avait donné à l'époque). 
Evidemment je ne vous cache pas que pour une série du genre, basée sur les révélations et les changements de situations, il va forcement y avoir du spoiler sur les tomes précédents. Difficile de l'éviter, vous êtes prévenus.

 
Quand on commence ce tome, aucun des personnage que l'on suis n'est vraiment en bonne situation. Karris vient de devenir le blanc et vu que ça c'est fait très vite elle n'a encore aucune idée de comment gérer son nouveau rôle, Kip vient de s'enfuir avec sa nouvelle femme dans le but d'agir la ou la chromerie ne fait plus rien (entre autre) et Gavin lui a de nouveau été enlevé par on ne sait qui et n'a aucune idée de ce que l'avenir lui réserve. 

J'avoue que j'avais un peu peur en commençant. J'ai longtemps repoussé cette lecture, vu que j'avais même prévu d'acheter l'ebook VO pour le lire dés sa sortie en 2016 et finalement j'ai attendu 2019 pour le sortir.
Mais je suis maintenant vraiment rassurée, ce tome a été à la hauteur. A nouveau on est vraiment plein de révélations, moins de lenteurs, plus de rythme, un peu moins brouillon ... Au final je trouve que ce tome est vraiment passé plus vite.
*****
Je fais un petit recap pour ceux qui ne connaitraient pas la série :

L'univers du Porteur de lumière est centré autour des couleurs, avec lesquelles les créateurs peuvent créer une substance magique appelée la Luxine. En plus de ça, chaque couleur a ses spécifiés et est associé a un type de sentiment ou de caractère, par exemple le bleu rend logique.

Il existe 7 couleurs principales : rouge, orange, jaune, vert et bleu auxquelles se rajoutent l'ultra-violet et l'infra-rouge. De nombreuses personnes peuvent créer mais pour pouvoir entrer à la Chromerie, l'ile des créateurs qui sert de pouvoir central aux 7 Satrapies (régions) du monde, il faut pouvoir créer au moins une couleur de façon stable.
Un personne capable de créer des 7 couleurs est appelé un polychrome et ils sont vraiment très rare.

Au cœur de la Chromerie, il y a 2 pouvoirs. D'un coté le Prisme, qui doit être obligatoirement un polychrome et dont le seul but est d'équilibrer les couleurs pour pas qu'une prenne le dessus, ce qui entrainerait une catastrophe et le Blanc, qui a un pouvoir plus spirituel et qui est chargé de faire en sorte que les règles soient respectées.

Le prisme est la seule personne capable de créer sans limite. Tout les autres créateurs voit leur iris être envahi petit à petit par les couleurs qu'ils créent, jusqu'au moment ou les couleurs dépassent, ils "brisent le halo". De telles personnes sont très dangereuses car elles deviennent folles, totalement sous l'emprise de leurs couleurs. La règle de la Chromerie veut que le Prisme doit exécuter toutes les personnes dans ce cas car on ne peux pas les laisser vivre.
La vie d'un créateur est donc bien plus courte que la normale car il faut souvent moins de 10 ans pour arriver à ce stade, surtout en temps de guerre.

Évidemment tout ça ce sont les données "officielles", il y a néanmoins de nombreux secrets bien gardés à l'intérieur ou à l’extérieur de la Chromerie sur la réalité de la chose qui est plus complexe que ça ...

*****

Le gros point fort de ce tome a été toute la partie avec Gavin. Et heureusement je dirais vu que c'était le point faible du tome précédent.
On assiste ici a toute une série de révélations fracassantes qui nous font vraiment réaliser à quel point on c'était trompé sur toute la ligne le concernant jusqu'ici.

Ha Gavin (je continue à l’appeler par ce nom la, ne m'en voulez pas), j'adore ce personnage, même maintenant. Il est dual, un gros mélange entre le héros parfait, celui plein de courage, qui lutte, qui est bon, qui a un charisme de malade, ... et un grand méchant, qui n'hésite pas à tuer pour parvenir à ses fins, qui embrouille tout le monde, qui avait tout prévu ou presque depuis le début et qui c'est même joué de lui même. 

J'ai été effarée et une partie de moi est resté limite incrédule face à ce qu'on apprend sur lui dans ce tome, waou. Et le pire c'est que la source des révélations n'est pas vraiment fiable donc l'auteur fait exprès de nous laisser le doute jusqu'au bout !

En plus on se méfie, à force de se faire retourner dans tout les sens, du coup ça amplifie notre doute. Et il y a aussi le fait qu'on n'a pas vraiment envie d'être convaincu même si ça tien plus du génie sur ce point la. Bon, je suis quasiment convaincue en fait, mais il reste toujours cette étincelle, on verra bien pour la suite.

Ce qui est doublement bien c'est aussi que ces révélations nous font découvrir aussi un nouvel Andross. Cet homme est limite en totale contradiction avec l'image qu'on avait de lui avant. Non pas qu'il ne fasse plus peur, parce que ça reste un enfoiré de première, mais on comprend maintenant ses motivations, le pourquoi de ces décisions passées et présentes. J'ai adoré ces passages.

La partie de Karris a aussi été mouvementé, la pauvre ne sait plus du tout à qui se fier, tout se ligue contre elle et elle en est réduite à se lancer sur de vagues suppositions, même aidée par Teia qui prend vraiment du grade dans ce tome. Les deux femmes font leur possible pour s'entre-aider mais la pauvre Teia n'a toujours pas de chance et est bringuebalée entre ces divers maitres. 

La partie qui finalement à le moins de portée en comparaison avec les autres a été celle de Kip. Non pas qu'il ne se passe pas des choses, car il va en voir de toutes les couleurs.
Mais au final ce n'est qu'une suite logique. Le personnage n’évolue pas plus qu'avant, il ne fait que continuer sur la lancée de ce qu'il était déjà capable. En plus j'avoue que Tisis est trop parfaite, il lui manque un truc pour se démarquer, et sortir de l’héroïne YA qu'elle fini par être dans ce tome.

En fait c'est le seul point un peu moins positif de ce tome, c'était trop lisse, surtout quand on a la force de la partie de Gavin au milieu.

Par contre j'ai vraiment bien apprécié la grosse bataille dans laquelle il est impliqué, les différentes phases sont suivies de façon claire par Kip qui a tout planifié et du coup elle paraissait vraiment épique !


Mais finalement ce qui renforce ce tome c'est surtout le fait que son rythme global est bien meilleurs. Les différentes parties s'enchaînent bien, il n'y a pas de temps mort ou de passages longuets.
Il y a toujours quelque chose qui se passe pour attirer notre attention et chaque point de vue est également réparti et a droit à son moment de gloire. Même Liv fait un petit retour, quoi que court, mais qui nous montre qu'elle fait son bonhomme de chemin de son coté.


Ce tome est une réussite, il m'a redonné foi en la série et en son potentiel. Il n'est certes pas parfait suivant ce que vous y cherchez, mais les moments "waou" ont été suffisants pour moi et j'en redemande. Il va être long d'attendre la fin de l'année pour la sortie du dernier tome !


17.5/20


Mon avis sur le tome 3 : L'oeil brisé,

D'autres avis sur ce tome ci : Zina, Apophis,