jeudi 21 septembre 2017

The Licanius Trilogy, book 1: The Shadow Of What Was Lost de James Islington






Titre Original : The Shadow Of What Was Lost
Série : The Licanius Trilogy, tome 1
Année de sortie : 2017
Éditeur : Orbit
Nombre de pages : 736
Genre : Fantasy




Mon avis :

Un début de série qui m'a vraiment bien plu bien qu'étant très classique dans ses thèmes.

Il y a 20 ans, les Augures gouvernaient le monde et il y avait la paix. Mais un jour, sans raison apparente, les visions des Augures se sont mises à mentir, et pour maintenir leur pouvoir ils se sont mis à agir en tyrans, utilisant les Gifted (les mages) pour maintenir leur pouvoir.
Bien entendu le peuple n'a pas supporté ça très longtemps, une révolution très sanglante c'est déclaré, massacrant tout les Augures et restreignant considérablement les pouvoirs des Gifted qui maintenant ne peuvent en aucun cas utiliser leurs pouvoirs sur les humains, même pour se défendre.

Davian est un jeune Gifted, il prépare son examen final avec une grande peur car si il échoue il deviendra un exclu, ne pouvant utiliser ses pouvoirs et étant marqué à vie par des tatouages. Les exclus de ce genre sont traités comme des animaux par les autres humains.
Mais malheureusement il n'y arrive pas, car ses pouvoirs semble venir d'une autre source et il soupçonne qu'il est en fait un Augure et pas un Gifted et donc quand la veille de sa descente au enfer on lui offre la possibilité de voyager et de s'enfuir, il la saisit, accompagné par son meilleur ami qui a ses propres raisons.

Ceci est le tout début de l'histoire, je pourrais vous brosser l'image du monde pendant encore très longtemps vu le nombre de points intéressants et plein de potentiels qui remplissent cette série.
Mais je ne le ferais pas parce que justement, une grosse partie du plaisir a été pour moi de découvrir.
J'ai souvent vu les gens en faire un parallèle avec la Roue du Temps, et j'approuve. Par contre ce n'est pas du tout une copie, se sont juste les thèmes généraux : le nombres de prophéties (ici de visions d'Augures), le jeune qui découvre ses pouvoirs petit à petit, la magie/puissance perdue, le nord contaminé, les pays qui ne veulent pas reconnaitre la menace à leurs dépends, les créatures sur-humaines que personne n'avait vu depuis des milliers d'années et qui reviennent pour attaquer des villages d'un coup ...

Et avec tout ça, pourtant les deux séries sont pour l'instant très différentes car c'est le traitement de ces éléments qui diffère. On a une intrigue vraiment très mystérieuse qui nous donne envie d'en savoir plus, d'explorer ce monde plus en détail. On peut vraiment dire que ce livre est bien plus que la somme de tout ses éléments. C'est typiquement le genre de fantasy suffisamment complexe qui comme la Roue du temps à son époque me donne envie de rencontrer d'autres personnes qui ont lu le livre pour en discuter avec eux et élaborer des théories. C'était d'ailleurs ce point la qui me plaisait le plus à l'époque de ma lecture de la Roue du temps et pourquoi cette série a su garder sa place dans mon top fantasy malgré ses gros défauts de rythme.

En fait ce premier tome est pour nous une façon de découvrir le monde. Les personnages qu'on découvre sont débrouillards, facilement appréciable et je me suis attachée à eux assez rapidement.
Il y a finalement pas mal d'intrigues entremêlées qui mises bout à bout donnent une trame suffisamment complexe pour qu'on se pose des milliers de questions tout en restant suffisamment claire pour ne pas nous embrouiller inutilement. Il reste pourtant de gros points d'interrogations qu'il nous reste à découvrir dans la suite.
Et au niveau du rythme aussi on n'est pas en reste, il n'y a pas de gros moments de vide ou qui semblent inutiles. Tout est vraiment fluide, aussi bien au niveau de l'intrigue que du worldbuilding qui se développe petit à petit.

Bon, il faut quand même trouver des points à améliorer. Et si il n'y en a aucun de majeur, je pense quand même au fait que j'ai trouvé que les lieux manquaient de personnalité. Il y a bien moins de description quand dans la série de Jordan mais du coup j'ai trouvé que tout se ressemblait un peu et je suis incapable un mois après la lecture de me rappeler un seul lieu qui m'a marqué visuellement.
Un autre point est que parfois les personnages semblent un peu naïfs ce qui me fait penser que le livre est fait pour pouvoir être lu par un public un peu plus jeune que celui de la Roue du temps, un livre qui tend à s'ouvrir au public YA en plus des amateurs de fantasy classique. Ce n'est pas forcement un reproche connaissant la densité du maître, et cela ne réduit en rien l’intérêt du reste.

Au final nous avons un premier tome de fantasy très classique mais très solide aussi. Il reprend les clichés de fantasy de façon astucieuse et réfléchie ce qui fait qu'on arrive à les supporter la ou ils nous énervent ailleurs. J'ai trouvé ma lecture rafraichissante dans la foultitude de fantasy plus sombre qui semble fleurir ces derniers temps, et ça m'a fait du bien. J'espère que les personnages évolueront, grandiront, il y a vraiment de quoi faire une série vraiment très sympa si la suite est à la hauteur.

17/20

mardi 19 septembre 2017

Avis en Vrac #53 : Ellen Kushner, Mike Shepherd, Jennifer L. Armentrout et Seanan McGuire

Salut à tous !

Une fois encore je vais vous faire une série de chroniques plus courtes que la normale dans un seul billet !



 A la pointe de l'épée
de Ellen Kushner
Année de sortie : 2008
Éditeur : Calmann-Lévy
Nombre de pages : 308
Genre : Fantasy


Un petit livre que j'ai trouvé très sympa. Il est a noter qu'il est classer en Fantasy uniquement parce qu'il ne se passe pas dans un lieu existant vraiment, mais qu'il n'y a vraiment aucun élément magique ou fantastique dedans, en fait dans mon esprit il s'agit bien plus d'un roman historique de capes et d'épée. 

Nous suivons Richard Saint-Vière qui travaille en tant que bretteur dans les Bords-d'eau, les quartiers mal famés. Son travail n'est pas vraiment loin celui d'un mercenaire mais en un peu plus varié car il doit souvent se battre en duel à la place de son client par exemple. C'est bien entendu un tueur, on ne fait pas se métier à moitié et il est le plus doué de tous, trempant dans toutes les magouilles du moment des nobles.
Jusqu'au jour ou il se retrouve pris de toute part par plusieurs clients et que sa vie ne tienne plus qu'a un fil ...

De tout le roman on n'entend jamais parler des dehors de la ville ni même de son nom. On n'a que peu d'idée d'ailleurs de la façon exacte dont elle est gouvernée non plus. Le récit est léger sur ce point, on a des informations qui arrivent vraiment par petites pointes, restant assez flou une grande partie du roman. Mais ça ne gène pas du tout la lecture, l'univers étant suffisamment générique pour être familier même sans ça.
La lecture est vraiment facile et fluide, tout s'enchaîne relativement rapidement et finalement j'ai dévoré les pages sans même m'en rendre compte.

La relation entre Richard et son assistant Alec est d'abord passé sous silence, nous laissant nous imaginer toutes sortes de choses mais plus on en apprends plus je l'ai trouvé bien faite. Alec est un personnage très particulier car on a l'impression qu'il n'a qu'une envie c'est d'en finir avec la vie. Mais pas de façon triste, parce qu'on ne ressent pas du tout les choses de cette façon car c'est un personnage extrêmement cynique. Il ne parle que pour se moquer ouvertement de tout le monde, Richard compris. Comme si il avait vu tout le coté sombre qui se cache dans les intrigues auxquelles ce dernier participe, et comme si il n'avait plus aucun espoir.
J'ai trouvé ce personnage vraiment très intéressant, même plus que Richard qui lui est un bretteur très classique qui ne se pose pas plus de question que de savoir combien de temps il pourra survivre avec les gains de son prochain contrat.

Au final l'intrigue en elle même n'a rien de vraiment super original mais elle est quand même plaisante. Tout est vraiment porté par les personnages et leur évolution dans cette ville mystère.
J'ai bien aimé ma lecture et je pense que je vais me pencher sur les autres livres de cette série qui n'ont pas été traduits !

16/20



Kris Longknife, book 1: Mutineer
de Mike Shepherd
Année de sortie : 2004
Éditeur : Ace Books
Nombre de pages : 389
Genre : Science-fiction


Un premier tome qui nous permet de bien découvrir le personnage principale et d'installer tout doucement une intrigue principale qui se déroulera sur plusieurs tomes. Bien que ça ne soit pas le meilleur livre de SF du genre que j'ai lu, je l'ai vraiment bien apprécié et j'ai hâte de voir ce que la suite pourra bien donner.

Nous suivons Kris au début dans une de ses premières missions. Elle est à la tête d'un petit déploiement de soldats d'élite envoyés pour délivrer une petite fille qui a été enlevée contre rançon. Cet épisode rappelle de vieux souvenirs désagréable à Kris, car étant jeune son frère a malheureusement été enlevé dans les même circonstances et n'y a pas survécu. Du coup elle est vraiment ultra motivée pour que cette mission réussisse et pour sauver la fillette.
Mais malheureusement rien ne se passe comme prévu car un accident arrive à sa navette en pleine descente dans l'atmosphère et elle doit prendre le volant en urgence en mode planeur pour essayer de la sauver de sa chute mortelle ...

Je dois dire que cette scène d'intro et toute la suite qui est impliquée est vraiment super. J'ai rarement été aussi motivée pour continuer un livre qu'une fois toutes les questions soulevées par l'accident. On a tout les éléments que j'aime, une mystérieux complot, de la politique, la recherche du coupable ...

Je précise que ce fait est l'intrigue principale de la série, et pas forcement celle de ce livre. On a donc finalement que très peu d'éléments en dehors de l'exploration des indices dans ce tome. La suite du livre continue sur la vie et la carrière de Kris lors de son affectation suivante dans une planète en train de se mourir suite à l'éruption d'un super volcan paralysant tout sur la planète après des années de terraformation pourtant couronné de succès.

Du coup j'ai un peu moins apprécié cette partie. Non pas que gérer le chaos et rétablir l'ordre alors que c'est littéralement la fin du monde ne soit pas intéressant. Mais mon esprit était tellement passionné par la première partie et l'intrigue principale que je ne pouvais pas m’empêcher de trouver que cette partie la n'était pas aussi amusante.
Et c'est dommage parce que résultat j'ai eu un passage un peu plus çà vide au milieu avant de finalement me prendre au jeu et arriver à me remettre dans le livre.

Finalement je dirais que ce tome est une bonne introduction à la série, on nous pose le personnage et les intrigues mais on ne parle pas que de ça. Si j'ai eu quelques passages un peu à vide au milieu, j'avoue que c'était tout de même une bonne lecture que je ne regrette pas d'avoir lu et dont je lirais la suite avec plaisir !

16.5/20



Jeu de patience, tome 5 : Jeu d'attirance
de Jennifer L. Armentrout
Année de sortie : 2017
Éditeur : J'ai Lu
Nombre de pages : 376
Genre : Romance


Une petite romance que j'ai bien apprécié bien que ce tome ne soit pas vraiment parmi mes favoris de la série.

On y suis Nick le Barman que l'on avait rencontré dans les tomes précédent et Stéphanie une jeune femme qui sait ce qu'elle veut et en attendant de trouver l'âme sœur qui papillonne de partout.
Non pas qu'elle soit une fille facile malgré les avis de certaines personnes mais elle n'a pas envie de perdre son temps et à envie de se faire plaisir en attendant le grand amour.
Jusqu'au jour ou le destin la pousse vers un avenir qu'elle n'attendait pas mais auquel elle va devoir faire face.

Je sais le résumé reste très vague mais vu qu'il ne se passe pas grand chose en dehors du grand twist du livre je ne peux pas trop spoiler sans tout vous dévoiler.
Tout se joue sur les personnages en gros, leur évolution, le façon de se découvrir.

Et c'est la que le bât blesse parce qu'en fait je ne me suis pas du tout retrouvée avec Stéphanie. Non pas que je la trouve particulièrement désagréable mais nous n'avons pas vraiment la même philosophie de vie et du coup je me suis sentie bien moins proche d'elle que d'autres personnages féminins de la série.
Par contre Nick à sauvé le coup, j'ai trouvé que c'était vraiment un homme intéressant, plus que ce que j'imaginais jusqu'ici, donc bonne surprise.

Malgré tout ce qui m'a plu, vu les bons tomes qu'on a eu dans cette série celui ci ne se démarque pas vraiment du coup je ne pense pas que je le retiendrais sur le long terme.
C'était tout de même une bonne lecture et je ne me suis pas non plus ennuyée durant ma lecture.

15/20


InCryptid, book 4: Pocket Apocalypse
 de Seanan McGuire
Année de sortie : 2015
Éditeur : Daw Books
Nombre de pages : 352
Genre : Urban fantasy


Encore un tome sympa mais qui n'arrive toujours pas à rattraper le niveau des premiers de la série. J'ai passé un bon moment ceci dit, et l'intrigue était vraiment sympa dans ce tome.

Alex et Shelby sont appelés en Australie ou ils vont devoir faire face à une infection de lycanthropes (loups garous) bien insidieuse et bien cachée qui va leur poser énormément de problèmes.

Ha, j'aime quand je peux faire un résumé en 2 lignes et que tout semble bien à sa place ! Bien sur que ceux qui ont lu la série savent que ce n'est pas aussi facile que ça, vu que l’Australie a son propre mode de fonctionnement qui diffère bien de ce que le jeune Price à l'habitude.
Donc en plus des batailles contre des garous bien vicieux et motivés à s'installer coute que coute sur place, il va aussi devoir batailler pour trouver sa place dans la "famille" de Shelby qui voit leur associations de façon très négative et qui va tout faire pour les séparer.

Il y a un point que j'ai particulièrement apprécié dans ce tome c'est tout le coté recherche sur les thérianthropes et le fait que malgré tout ce qu'il connait sur la menace, ayant été souvent confronté à des garous, Alec comprend vite qu'il a fait une grosse erreur sur eux et qu'il faut revoir les données et les prendre en compte pour modifier tout ce qu'on pensais avant. 
Du coup tout le coté "mais pourquoi?" m'a bien plu avec les hypothèses et savoir ensuite si c'est vrai ou pas.

Par contre Alex n'arrive toujours pas à la cheville de Verity, en fait il est trop réservé comme personnage. C'est vrai que ce n'est pas courant d'avoir un chercheur au centre de l'action mais je n'arrive pas vraiment à m'attacher à lui, je ne sais pas pourquoi. Shelby non plus ne me satisfait pas à 100%, je suis assez indifférente au niveau émotionnel concernant ces personnages.
Tout n'est pas noir non plus, j'ai passé un bon moment avec eux sur cette intrigue, je l'ai même trouvé meilleurs que celle du tome précédent. Mais j'ai quand même hâte de voir Verity revenir dans le tome suivant !

16/20

Challenges :

lundi 18 septembre 2017

C'est lundi... que lisez-vous? #87


Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Galleane repris la relève depuis.


On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?

 
Qu'ai-je lu la semaine passée ?
 
 

Une bonne semaine (décidément je les enchaîne :P) ! La légion a été moins bon que le précédent de la série mais reste une lecture distrayante, La mission de l'ambassadeur a été une bonne découverte et un bon début de série même si le schéma ne diffère pas beaucoup de la trilogie précédente. La Reine des Ombres a été une lecture sympa en urban fantasy, il m'a bien permis de me changer les idées avant de commencer la plus grosse lecture de ma semaine à savoir Godblind. Celui ci a été une bonne découverte aussi en Fantasy, très sombre et une ambiance dure, mais très prenant ! 
 
 Que suis-je en train de lire en ce moment ?
 
 
Un archéologue dans l'espace, que demander de plus :P
 
 Que vais-je lire ensuite ?
 


Voila mes envies du moment, je pioche toujours dans ma PALM de Septembre en essayant de varier les genres :P
Après une semaine sans livres en anglais j'ai envie de me rattraper un peu donc je commencerais surement par les 2 livres en anglais de la liste avant de retourner à la facilité du français.

Et vous, que lisez vous? 

vendredi 15 septembre 2017

Avis en Vrac #52 : Pierre Pevel, Jeaniene Frost, Elizabeth Hoyt et Ann Aguirre

 Salut à tous !

Une fois encore je vais vous faire une série de chroniques plus courtes que la normale dans un seul billet !


Haut-Royaume : Les sept Cités, tome 2 : Le serment du Skande
de Pierre Pevel
Année de sortie : 2016
Éditeur : Bragelonne
Nombre de pages : 248
Genre : Fantasy

 Un tome qui m'a bien plu. Je l'ai trouvé plus complet que le précédent et je suis rentré bien plus facilement dedans, mais d'un autre coté l'histoire n'est pas terminé et fini en cliffhanger du coup j'étais un peu frustrée à la fin sachant que je n'avais pas encore le suivant !

Nous retrouvons Iryan qui au début du tome doit libérer Sven de prison. Mais malheureusement se faisant ils mettent le doit dans un engrenage fatal dont ils n'avaient pas idée.

On retrouve la bande de larrons qu'on suivait dans le tome précédent. C'est vraiment le même type d'histoire seulement ici tout se complique car ils ne maitrisent vraiment rien et surtout l’atmosphère s'assombrit visiblement tout au long du livre.

J'ai trouvé que le rythme était meilleur, on est vraiment embarqué dés la première page dans une histoire rocambolesque et vraiment mystérieuse mettant en scène de nombreux protagonistes. J'ai adoré retrouver des livres avec le tome précédent et surtout la façon dont tout cela est amené.

On est encore une fois sur un roman court, mais au rythme endiablé. Du coup j'ai trouvé vraiment impressionnant l'art qu'a l'auteur d'arriver à mettre autant de détails et d'intrigues différentes en si peu de pages !
Par contre j'avoue avoir été un peu déçue par le cliffhanger de fin, il a vraiment bien sa place dans l'intrigue mais du coup vu la taille du tome suivant on se demande si il n'aurais pas fallu les sortir en un seul gros tome plutôt que deux (surtout vu le prix des grands formats, bon maintenant ils sortent en poche, donc c'est déjà mieux). 

16.5/20



Chasseuse de la nuit, tome 1 : Au bord de la tombe
de Jeaniene Frost
Année de sortie : 2009
Éditeur : Milady
Nombre de pages : 504
Genre : Urban Fantasy


J'avoue avoir été déçue par cette relecture. Non pas que le livre soit particulièrement mauvais, mais je l'ai trouvé bien trop classique et avec des ficèles trop faciles ou trop "déjà vu" pour moi.
Je précise quand même que je ne me souvenais quasiment pas de ma première lecture, et que certains passages ont été des vrai découvertes donc ce sentiment ne vient pas du fait que c'était une relecture.

Cat est une jeune femme bien occupée. Elle passe tout son temps libre à tuer des vampires, ces monstres qui ont violés sa mère et dont elle est le résultat. Mais son chemin va un jour croiser celui de Bones, un vampire bien trop fort pour elle et qui comprends tout à fait son potentiel en tant que semi-vampire.
Il va l'entrainer pour qu'elle le seconde dans sa quête des vampires mauvais qui méritent d'être éliminés ...

Je suis d'accord pour dire que l'originalité en Urban fantasy et encore plus parmi tout ce qui a été publié en Vf est rare. On retrouve assez souvent les même sujets ou la même façon de traiter les histoires. Mais pourtant le manque d'originalité n'a jamais été un facteur particulièrement négatif pour moi, j'en ai tellement lu qu'au pire ça reste dans la catégorie des "bof" et de ceux que j'oublie rapidement mais c'est bien la première fois que j'ai des difficultés à avancer juste à cause de ça.
Après c'est vrai que c'est peut être inconsciemment du au fait que c'était une relecture, parce que j'ai envie d'arriver rapidement la ou j'en étais pour pouvoir avancer et terminer la série.
Je ne sais pas en fait, peut être aussi parce que dans ma mémoire j'en avais un bon souvenir et du coup le contraste entre ce qui était susceptible de me plaire il y a 7 ans et ce qui me plait maintenant est énorme. Et du coup j'ai été déçue.

Après le fait d'être classique n'est pas non plus un mauvais point. La relation entre Cat et Bones se construit petit à petit et ils sont quand même touchants mine de rien. Je pense que les tomes suivants ne peuvent qu'améliorer mon état d'esprit et du coup je ne pense pas que je tarderais trop à les lire.

15/20



Les fantômes de Maiden Lane, tome 07 : Cher monstre
de Elizabeth Hoyt
Année de sortie : 2015
Éditeur : J'ai Lu
Nombre de pages : 374
Genre : Romance historique

Une romance que j'ai beaucoup apprécié. Le couple entre le muet et traumatisé vicomte de Kilbourne et la mère de famille Lily m'a beaucoup touché.

Lily est une jeune actrice, engagée pour animer un spectacle qui a tourné court après l’incendie du théâtre. Obligé de quitter une vie relativement facile et un bel appartement elle se retrouver avec son fil Indio dans la seule pièce que le feu à épargné, entouré d'une parc carbonisé en travaux.
C'est la qu'elle découvre le vicomte de Kilbourne, engagé par son ami pour s'occuper de la réhabilitation du parc, il se cache de la justice. Muet depuis qu'il a été torturé et tabassé il n'a pas perdu pour autant sa stature d'homme très grand et très fort ni ses facultés mentales.
Quand Lily le découvre elle le prends pour un monstre, puis pour le simplet du village. Elle ne souhaite que son départ car Indio se prend tout de suite en amitié avec le géant et elle pense qu'il sera un mauvais exemple pour lui. Mais le vicomte n'a pas dit son dernier mot ...

Ce tome se divise en deux parties en fait, la première qui correspond au résumé et ensuite une seconde qui se passe ailleurs avec un ressors un peu plus dramatique et plus d'action.
Malgré sa lenteur, j'ai beaucoup aimé la première partie. Cette découverte entre les deux protagonistes et leur lien qui est le petit Indio un garçonnet très intelligent et débrouillard était très touchante et m'a bien fait apprécier les personnages.
C'est vrai qu'on pourrait lui reprocher le fait qu'il ne s'y passe pas grand chose mais on prend notre temps pour découvrir les différents personnages et pour poser l'intrigue.

Par contraste la seconde partie est sur un rythme plus rapide et plus vif, on est dans la recherche d'un meurtrier et le mystère est complet. J'ai aussi bien aimé cette partie même si au final dans mes souvenirs c'est celle qui c'est estompée la plus rapidement. On découvre encore de nouveaux personnages et même si il n'y a pas non plus un suspense de folie pour découvrir le coupable on est quand même dans une toute autre ambiance.

Au final un tome que j'ai bien aimé même si il n'est pas forcement mon préféré dans la série, on suis un couple touchant et il y a pas mal d'action dans la seconde partie du livre !

16/20



Sirantha Jax, book 5: Aftermath
de Ann Aguirre
Année de sortie : 2011
Éditeur : Ace Books
Nombre de pages : 307
Genre : Science-fiction


Un avant dernier tome très surprenant qui part dans une direction que je n'avais pas du tout vu venir. Je l'ai bien aimé bien qu'il soit un peu à part dans la série.

Les ennemis arrivent, et pour les empêcher de massacrer l'humanité Sirantha prend la décision la plus difficile de sa carrière : elle détraque l'ensemble des balises qui servent au voyage interstellaire, rendant impossible tout déplacement lointain dans la galaxie entière.
La majorité de la flotte ennemie est prise alors qu'elle était en train de sauter, elle est donc prisonnière à tout jamais de l'espace entre deux, perdue donc. Mais elle n'était pas la seule en train de sauter à ce moment la et de nombreux vaisseaux humains sont aussi perdu avec elle ...

Sirantha a sauvé l'humanité de leur plus grande menace, mais elle a fait l’impensable et pour ça elle doit être jugée. Et nombreux sont ceux qui veulent la voir payer pour leurs morts ...

Ce tome ci était surprenant surtout parce que vu la fin du précédent je m'imaginait un tome plein de batailles pour la survie. Mais en fait non pas du tout, on parle de tout autre chose. Il est aussi surprenant parce qu'en fait il n'a pas d'histoire vraiment globale sur l'ensemble du tome. On a en effet 3 parties distinctes très différentes qui n'ont pas vraiment de lien en dehors d'être la suite logique des aventures de Sirantha.

Mais malgré ce qui pourrait être un manque de cohésion, finalement ce tome passe très bien. Les événements se succèdent de façon fluide et surprenante à la fois. Sirantha a décidé de remettre de l'ordre dans sa vie et elle va avoir du boulot.
Du coup je me demande vraiment sous quelle forme sera faite le dernier tome de la série, et ce qui pourra bien se passer pour terminer les aventures de Sirantha Jax !

16/20

Challenges :


jeudi 14 septembre 2017

Throwback Thursday Livresque #29 : T’es pas mon genre, mais je t’ai quand même aimé

Voici un rendez-vous que j’ai le plaisir de faire aujourd’hui sur le blog : le throwback thursday livresque ! C’est sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram mais vraiment concentré sur les livres ! Ainsi chaque semaine je fixerai un thème et il faudra partager la lecture correspondante à ce thème.

Ce rendez vous a été créé par BettieRose Books !

Cette semaine, le thème est
Jeudi 14 Septembre : T’es pas mon genre, mais je t’ai quand même aimé
 
****
Le parfum de Patrick Süskind
 
Résumé :
Au XVIIIe siècle vécut en France un homme qui compta parmi les personnages les plus géniaux et les plus horribles de son époque.
Il s'appelait Jean-Baptiste Grenouille. Sa naissance, son enfance furent épouvantables et tout autre que lui n'aurait pas survécu. Mais Grenouille n'avait besoin que d'un minimum de nourriture et de vêtements et son âme n'avait besoin de rien. Or, ce monstre de Grenouille, car il s'agissait bien d'un genre de monstre, avait un don, ou plutôt un nez unique au monde, et il entendait bien devenir, même par les moyens les plus atroces, le Dieu tout puissant de l'univers, car " qui maîtrisait les odeurs, maîtrisait le coeur des hommes ".
C'est son histoire, abominable... et drolatique qui nous est racontée dans Le Parfum, un roman qui, dès sa parution, eut un succès extraordinaire et est devenu très vite un best-seller mondial. 
 
 
Haaa Le Parfum, il n'est définitivement pas dans mes genres favoris mais qu'est ce qu'il est bien. Impossible de passer à coté je dirais.
Ce livre est l'une de mes plus grosses découvertes en dehors de mes genres favoris. En fait au départ je l'ai lu totalement par hasard, c'est mon père qui me l'avait conseillé et je me suis dit : "va pour changer, on test". Et je n'ai pas du tout été déçue, j'ai été vraiment prise par le livre du début à la fin !
 
Si vous ne connaissez pas, n'hésitez pas, il est génial !

mardi 12 septembre 2017

Honor Harrington, tome 03 : Une guerre victorieuse et brève de David Weber





Titre Original : The Short Victorious War
Série : Honor Harrington, tome 3
Année de sortie : 2006
Éditeur : J'ai Lu
Nombre de pages : 477
Genre : Science-fiction




Résumé :
Un vent de révolte souffle sur la République populaire de Havre. Mais la caste dirigeante connaît le remède : rien de tel qu'une bonne guerre de conquête pour remplir les caisses et refaire l'union sacrée. Une guerre victorieuse et brève. Or l'ennemi est là : le Royaume de Manticore à la prospérité insolente. Alors les incidents se multiplient... C'est dans ce climat tendu qu'Honor Harrington reprend du service après une convalescence difficile. Elle est aussitôt confrontée à l'hostilité de l'amiral Parks, son supérieur hiérarchique. Et voici que son plus vieil ennemi revient la tourmenter...

Mon avis

Un tome que j'ai pu enfin finir après mon échec lors du précédent essai. Et je suis très contente d'avoir persévéré parce que finalement je l'ai bien apprécié même si je comprends aussi ce qui m'a fait l'arrêter la première fois.

Je ne vais pas vous refaire une présentation de la série, on est ici sur de la science fiction militaire spatiale, qu'illustre parfaitement la couverture du livre. Elle n'est pas militariste pour autant, mais je ne vais pas rentrer dans le débat, si vous voulez en savoir plus je vous conseille de fouiller un peu le blog Albédo qui en parle bien mieux que moi dans sa chronique du premier tome ^^.

Ce tome ci ce concentre pour sa grande majorité sur Honor, et moins sur la situation générale qui est résumée par l'éditeur. C'est un tome ou on découvre des facettes du personnage qu'on ne connaissait pas avant.
Je ne parlerais pas vraiment d'évolution du personnage même si l'évolution est la au niveau de sa carrière mais plutôt d’exploration du passé du personnage. Car oui le fait qu'elle retrouve un personnage de son passé est vraiment le point central de 60% du livre, en plus de son évolution en commandement.
Et c'est ce point qui a sans doute provoqué mon abandon. En effet du coup le rythme est vraiment particulièrement lent au final, on n'a que de l'introspection, de la mise en place, des dialogues sur ce sujet, et au final l'histoire principale elle n'avance pas du tout.

Surtout qu'Honor n'est ici limite qu'en spectatrice, car elle héberge l’amiral de la flotte et donc c'est lui qui prend les décisions et elle qui les exécute. On est très loin de la Honor en liberté des tomes précédents. En plus elle ne participe qu'a une seule des batailles de la fin du livre, ce qui est un peu frustrant mine de rien dans un livre de SF militaire, surtout si se sont vos moments préférés. Et c'est aussi ce changement qui m'avait un peu rebuté la premier fois. Même si j'avoue que c'est bien mieux passé lors de cette lecture.

Tout ceci mis à part, lors de cette lecture je ne me suis pas ennuyée, même si j'ai remarqué la lenteur. Je pense que l'auteur à voulu faire un tome plus calme, un tome pour comme je le disais explorer son personnage plus en profondeur, lui donner un passé, et nous le faire partager. Et ce n'est pas une mauvaise idée en soi.

Après en tant que femme je suis aussi un peu fatiguée qu'on finisse par rajouter des histoires de viols (ou qui s'en approchent) aussi souvent. Ce n'est pas un reproche fait spécifiquement à cette série bien sur, mais plus un fait général de ce que j'en ai pensé.
Je fini par trouver ça un peu facile. Pas pour le personnage bien sur, mais pour la situation général, le fait de nous la rendre sympathique en tant qu'ancienne victime qui a su s'en tirer malgré tout. Du coup un petit bémol pour moi sur ce point même si il a bien marché, et marchera toujours bien j'imagine.

Au final ce n'est pas pour moi le meilleur tome de la série pour l'instant, vous l'aurez compris. J'ai néanmoins passé un bon moment mais je serais contente de passer au suivant en espérant retrouver un personnage plus actif dans l'action et une histoire plus portée le coté militaire que personnel.

15.5/20

lundi 11 septembre 2017

C'est lundi... que lisez-vous? #86


Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Galleane repris la relève depuis.


On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?

 
Qu'ai-je lu la semaine passée ?
 
 


Une bonne semaine finalement. Blood Roses de Lindsay J. Pryor était un peu oubliable, mais je ne me suis pas ennuyée pour autant. J'ai totalement adoré The Brightest Fell qui est le 11ième tome de la série October Daye de Seanan McGuire, j'ai aussi vraiment dévoré Tous les Weyrs de Pern de Anne McCaffrey. Lady Harriet d'Eloisa James et Hunter's Trail de Melissa F. Olson étaient très sympa même si j'ai connu mieux.

 Que suis-je en train de lire en ce moment ?

 
 
Un tome pour l'instant en dessous du précédent mais ça reste une lecture agréable.
 
 Que vais-je lire ensuite ?
 
 

Je me fais plaisir cette semaine, j'ai un marathon avec pour thème les premiers tomes de série !
Le tout premier (les Chroniques du Magicien Noir) est une LC et les autres des envies du moment =)

Et vous, que lisez vous?
 

vendredi 8 septembre 2017

Avis en Vrac #51 : Régis Goddyn, Jack Campbell, Eloisa James et Lilith Saintcrow

Salut à tous !

Une fois encore je vais vous faire une série de chroniques plus courtes que la normale dans un seul billet !



Le sang des 7 Rois, livre 3
de Régis Goddyn
Année de sortie : 2014
Éditeur : L'Atalante
Nombre de pages : 404
Genre : Fantasy


Un troisième tome qui reprend en douceur la suite des événements. Je l'ai vraiment bien apprécié même si c'est vrai que le rythme général n'est pas franchement rapide. 

C'est un vrai plaisir de retrouver les personnages de cette histoire. Je ne vais pas en faire un résumé précis parce que finalement l'histoire avance vraiment par petite touches importantes mais très liées aux événements des tomes précédents que je ne voudrais pas spoiler à certaines personnes. 

Tout ce que je peux vous dire c'est qu'Orville est vraiment le personnage principale dans ce tome, et qu'on a quelques réponses sur certaines des questions qu'on se posait. L'auteur éclaircit petit à petit le tableau, bien qu'il reste encore pas mal de points mystérieux.
On ouvre aussi de nouvelles perspectives sur les différentes organisations et leur fonctionnement, ce qui n'était pas superflu je dois avouer. Surtout que je suis du genre à aimer les choses claires et bien expliquées. Et pourtant j'adore cette série, c'est un peu l'exception qui confirme la règle dans ce cas j'imagine.

Je pense que ce qui me plait le plus finalement c'est le rythme. Bon c'est vrai que c'est lent mais c'est une fausse lenteur en fait. C'est lent sur l'histoire générale mais pas sur l'histoire particulière des personnages ou de certains lieux. En fait au niveau développement par exemple du coté antagoniste ça va même assez vite quand on y pense. 
De même Orville voit pas mal du pays et il apprends vraiment beaucoup de choses. Donc on ne peux pas du tout dire que son histoire soit lente, bien au contraire.
En fait le rythme de cette série me rappelle la Roue du Temps. Et je parle des bons moments de la Roue du Temps, pas les certains passages des tomes du milieu qui étaient vraiment plus lent que ça. Je pense que ce rythme me convient vraiment et c'est vrai qu'on en retrouve de moins en moins finalement des livres qui prennent vraiment le temps de faire évoluer leurs personnages petit à petit. 

Du coup on peut dire que j'ai vraiment apprécié ma lecture, et j'ai même vraiment hâte de lire la suite!

16.5/20



La flotte perdue, tome 6 : Victorieux
de Jack Campbell
Année de sortie : 2010
Éditeur : L'Atalante
Nombre de pages : 432
Genre : Science-fiction


Un dernier tome totalement dans l'esprit des précédents, qui conclut cette série de façon très solide. 

Notre capitaine John Geary est enfin rentré du bon coté de la frontière ! Tout ne devrait-il pas être terminé? Et bien non, pas du tout. Car l'alliance y voit la un bon moyen de mettre réellement fin à la guerre et élucider enfin l’hypothétique problème de ces mystérieux aliens que personne n'a vu mais dont on soupçonne l’existence.
"Black Jack" Geary est donc de retours dans une ultime bataille, mais évidemment tout ne va pas se passer comme prévu ...

Malgré ma bonne impression de cette série je dois dire que j'étais quand même contente de la voir se finir. Si les schémas de tactique de bataille m'enchantaient sur les premiers tomes, c'était devenu un peu trop courant vers la fin et du coup j'aurais été bien moins enthousiaste si il y avait eu encore un tome supplémentaire.
Malgré cela on ne peux pas dire que je n'ai pas aimé ce tome. En fait il est vraiment exactement au même niveau dans mon avis que les deux tomes précédents. Il leur ressemble beaucoup en fait, si ce n'est qu'on a enfin ici les réponses à nos questions.

Et quelles réponses ! Au final je suis très satisfaite de cette fin, même si c'est vrai qu'elle ouvre vraiment la suite que je lirais surement un jour (mais pas tout de suite). Non pas que ça soit l'ultime révélation, non, mais elle est juste tellement dans l'esprit de la série, raisonnable et logique que je ne pouvais qu'approuver.

La seule partie qui commençait un peu à m’énerver et qui trouve aussi sa "conclusion" ici est la relation entre Geary et son capitaine de vaisseau. Enfin ! J'avais l'impression qu'on appuyait trop dessus et que ça ne devenait plus du tout naturel, d’où un certain mal à l'aise sur la question de ma part.

Au final ça a été une bonne lecture, je suis contente de la fin, je la trouve solide mais je ne pense pas lire la suite avant un moment car j'arrivais un peu à saturation du thème !

16/20


Les Duchesses, tome 2 : Le couple idéal
de Eloisa James
 Année de sortie : 2015
Éditeur : J'ai Lu
Nombre de pages : 374
Genre : Romance historique


Un tome que j'ai bien aimé même si j'ai regretté de ne pas retrouver un coté "Liaisons dangereuses" aussi marqué, chose que j'avais vraiment apprécié dans le précédent. Du coup l'ensemble m'a semblé un peu plus gentil mais ça ne m'a pas empêcher d'apprécier l'histoire et j'en ressort plutôt satisfaite.

C'est vrai qu'au premier abord Poppy, l’héroïne de ce tome parait bien cruche. Elle a reçu une éducation très particulière et ne vit encore qu'en suivant strictement à la lettre les enseignements de sa mère, qui est une mégère au cœur froid frigide (enfin on imagine au début vu ce qu'elle a appris à sa fille). Du coup le couple de Poppy et Fletch bat de l'aile car malgré son amour pour sa femme il ne supporte plus sa passivité. Au moment ou il commence à envisager de prendre une maitresse, Poppy se réveille et veut le reconquérir. Mais ça ne sera pas facile car elle a toujours vécu en mettant de coté ses propres envies au profil de ceux des autres et son passage d'enfant à adulte tardif va passer par une série de remises en cause plus que nécessaire à son bonheur.

En fait au début du roman Poppy fait plus office de poupée programmée par sa mère avec de mauvaises décisions prises par le coté amer de celle ci. En effet elle n'a jamais connu l'amour ni le plaisir, enfermé dans un mariage désastreux et elle fait tout pour épargner à sa fille une partie des désagréments qu'elle a subit (au niveau du popotin, en fait on peut plus parler de viols ce qu'elle a subit), sans se douter que ces décisions sont justement à la base de tous les problèmes conjugaux de Poppy qui elle aime son mari.  

Du coup j'ai trouvé la situation touchante et même si Poppy est niaise (enfin surtout au début, elle fini par changer) je me suis attachée à elle et à sa façon de s'ouvrir au monde petit à petit. C'est vrai qu'on peut rigoler au vu quelques soucis qu'elle avait (genre le coup des cheveux ça m'a fait vraiment marrer) mais je comprends parfaitement la raison et du coup ça les rend touchants.

Au final une lecture que j'ai trouvé un peu moins marquante que le tome précédent mais qui m'a fait quand même passer un bon moment !

16/20



Danny Valentine, tome 4 : Terminus Saint-City
de Lilith Saintcrow 
 Année de sortie : 2012
Éditeur : Orbit
Nombre de pages : 349
Genre : Urban fantasy


J'ai passé un bon moment même si j'avoue que c'est le tome que j'ai le moins aimé depuis le début de cette série. 

Ce tome se focalise sur une enquête sur un meurtre, une nouvelle mission pour Danny. Et c'est la partie que j'ai préféré. Malheureusement je l'ai trouvée un peu diluée au milieu du reste. En effet Danny commence à penser que Japhimel l'a trahi car il a son propre agenda.

En fait tout vient du fait que je n'ai pas compris les états d'esprit de Danny. Elle se monte totalement la tête pour ce qui est pour moi des broutilles et se faisant gâche totalement une relations solide en mettant en danger tout le monde par la même occasion. 
Comme je l'avais déjà remarqué dans le tome précédent elle ne supporte pas d'être mise sur le coté, et si ça arrive (comme ici) elle imagine tout de suite le pire. Elle se voile encore totalement la face et je trouve ça hyper dommage.

Ok je suis d'accord que pour Eve Japh n'est pas forcement dans la bonne voie, mais est-ce que ça méritait une réaction aussi totale? Je ne pense pas. Surtout qu'on a l'impression d'avoir des pages et des pages de questionnements qui mènent à des remises en cause qui me paraissaient de plus en plus insensées car elle sont de plus en plus excessives.

Bref je donne l'impression que c'est la seule chose que j'ai retenu vu que j'insiste dessus depuis 2 tomes mais en fait pas du tout. C'est juste que ça me titille alors je ne peux pas m’empêcher d'en parler même si tout le reste m'a bien plu. Et je voulais vraiment insister la dessus vu les commentaires que j'ai eu lors de la critique du précédent.

Au final si on n'est pas gêné par ces passages la ça reste de la bon urban fantasy avec une bonne enquête palpitante, mais malheureusement ça n'a pas été mon cas, dommage.

15/20

Challenge :

mercredi 6 septembre 2017

Avis en Vrac #50 : Michel Bussi, Anne McCaffrey, Ilona Andrews et Amanda Stevens

Salut à tous !

Une fois encore je vais vous faire une série de chroniques dans un seul billet !


Nymphéas noirs
de Michel Bussi
Année de sortie : 2010
Éditeur : Pocket
Nombre de pages : 512
Genre : Policier


Une bonne lecture mais pas pour autant un coup de cœur. J'ai été surprise, agréablement, par la fin, mais ce fait unique n'a pas pour autant réussi à vraiment remonter mon avis au delà d'une bonne lecture.

L'histoire est celle d'un meurtre, celui d'un des notables du village de Giverny, connu pour être le village de Monet ou il a peint de nombreuses toiles dont ces fameux nymphéas. Nous suivons l'histoire à travers les yeux de trois femmes d'ages divers vivant dans le village.
L'enquête prend des tours et des détours et plusieurs crimes sont au final réunis.

J'ai apprécié la retenue de l'auteur. On ne tombe jamais dans le gore ou le sensationnel. J'ai apprécié d'avoir les avis des différents personnages car ils ont chacun une vision unique qui nous donne petit à petit des indices sur la vie du village et les secrets qui y sont cachés.
J'ai aussi bien aimé l'ambiance générale de ce petit village envahi de touristes, en fait ça m'a rappelé presque mon enfance car j'ai aussi habité dans un lieu très touristique et je me suis donc bien retrouvé dedans et tout m'a bien semblé juste en fait.

Après on peut peut être dire que c'est un peu long, et c'est vrai qu'il y a eu certains passages ou j'ai ressentir une certaine longueur mais jamais très marqué car au final il se passe toujours des événements et on fini par oublier ce qu'on pensait avant.

J'ai trouvé l'intrigue très convaincante, je n'avais pas du tout deviné à l'avance. D'ailleurs je ne pense pas qu'on puisse vraiment deviner sur ce livre, ce n'est d'ailleurs pas vraiment l’intérêt. C'était une lecture solide et distrayante avec un poil de longueurs à certains moments.
Je n'ai pas été totalement emballé mais j'ai passé un bon moment.

16/20



La Ballade de Pern : Les Renégats de Pern
de Anne McCaffrey
Année de sortie : 1991
Éditeur : Pocket
Nombre de pages : 410
Genre : Science-fiction


Une lecture qui m'a agréablement surprise. Enfin une relecture ici vu que j'avais déjà lu ce tome il y a plus d'une 20ènes d'années.
Pour être franche je ne me souvenais pas du tout de ce tome. Et en plus le début a été difficile. Mais une fois bien lancé dans l'histoire j'ai vraiment bien apprécié de retrouver les personnages de l'histoire principale et de voir vraiment avancer l'intrigue.

L'histoire se focalise d'abord sur plusieurs personnes pendant la même période que tout le début de l'intrigue principale, du Vol du Dragon au Dragon Blanc. Ces personnes se retrouvent brutalement mises à la porte des différents forts, weyrs et ateliers pour diverses raisons.
En effet pendant cette période la population a vraiment énormément souffert. La survie était de mise car les dragons n'arrivaient pas à gérer correctement toutes les tombées de fils qui dont détruisaient les habitations et les récoltes. De ce fait certaines personnes plus ou moins bien intentionnées (ou mal) ont décidé de ne garder dans leurs forts que les habitants les plus utiles et donc tout une partie de la population c'est retrouvée sans toit sur sa tête durant les chutes.

Nous suivons donc plusieurs groupes de personnes, et les diverses réactions que l'ont peut avoir quand on est victime. Du désespoir à la révolte en passant par la briganderie et la piraterie.
Et puis ensuite nous repartons vraiment à la suite de l'histoire principale, nous retrouvons nos personnages habituels. Et c'est la qu'on voit vraiment l'impact de ces groupes de personnes sur le monde et comment les weyrs et forts arrivent à les gérer.

J'avoue que j'ai eu un peu de mal avec le tout début du livre. En fait j'avais l'impression de suivre plein de petites histoires individuelles et de ne pas comprendre vraiment l’intérêt de ces histoires et leur points communs. il m'a fallu aussi un petit temps d'adaptation avant de comprendre quand l'histoire se déroulait vraiment.
Mais une fois arrivé à la partie qui rejoint l'histoire générale, ça n'a été que du bonheur.

16.5/20



Dynasties, tome 3 : De Feu et de Braises/Hidden Legacy, book 3: Wildfire
de Ilona Andrews
 Année de sortie : 2017
Éditeur : Avon
Nombre de pages : 391
Genre : Urban fantasy


Malgré sa couverture ultra moche, je l'attendais celui ci, avec impatience. Et il ne m'a pas du tout déçu ! Je dirais même qu'il a dépassé mes attentes, je l'ai trouvé vraiment super, meilleur que le précédent.

L'histoire continue directement après les faits du tome précédent. Nevada revient de vacances bien méritées avec Rogan quand elle reçois une visite de l'ex fiancée de celui ci qui souhaite son aide pour retrouver son mari qui a disparu depuis quelques jours. On reprend le principe du tome précédent, elle ne peux pas obtenir d'aide parce que les autorités ne s'occupent pas des maisons et que les maisons ne s'occupent pas d'elle, car elle est très bas dans l'échelle de pouvoir et que ça arrange certaines personnes de ne rien faire. Nevada est donc son ultime retours et bien sur celle ci ne peux pas refuser, elle est bien trop gentille pour ça. 
Il se trouve que justement dés qu'elle prend cette enquête elle se retrouve à nouveau confrontée au fameux groupe dont le but est de faire tomber le gouvernement qu'elle avait déjà arrêté dans le premier tome. En quoi sont-ils lié à l'enlèvement du mari de sa cliente et quels sont leurs plans?
En plus de tout cela Nevada est aussi confrontée à sa grand mère qui voudrait bien mettre la main sur elle pour prendre sa succession par tous les moyens, mais Nevada n'a pas du tout envie de travailler comme un mouton avec celle ci, elle va donc tout faire pour faire de sa propre famille une nouvelle maison avec tous les risques que cela comporte !

Et bien il s'en passe des choses dans ce tome, le rythme de faiblit pas une seule seconde ! Je crois pouvoir dire que ce tome est mon préféré de la trilogie pour l'instant. Les différentes menaces rencontrées jusqu'ici se rassemblent et Nevada n'a plus une minute à elle tellement elle est assailli de toute parts. 

On a vraiment tout ce qui fait de la bonne urban fantasy dans cette série, entre le world building qui est vraiment complexe et plein de subtilités, la relation entre Nevada et Rogan qui elle aussi est passionnante mais le point qui vraiment fait sa force se sont les liens familiaux qui se renforcent ici encore. 
La famille de Nevada est vraiment le point fort encore une fois, on se focalise ici sur d'autres membres de la famille car dans le but de monter une maison il faut enregistrer les membres. Du coup ça nous permet en 3 tomes d'avoir vraiment une image complète des différentes capacités familiales. Ils sont tellement attachants tous, et pas dans le coté famille parfaite mais plus justement parce qu'ils se complètent bien malgré leurs différences.

Bref une excellente lecture, qui en plus fini en nous annonçant qu'il y aura finalement une suite, une raison de plus pour me réjouir ! 

18/20



Graveyard Queen, tome 1 : Le secret du tombeau
de Amanda Stevens
Année de sortie : 2014
Éditeur : Harlequin
Nombre de pages : 416
Genre : Urban fantasy/fantastique


Je sais que ce livre est classé en Urban fantasy même chez nous (bit-lit quoi) mais pour moi il a vraiment plus sa place en fantastique car on est totalement dans le coté "peur de l'inconnu" et de l’irruption du surnaturel dans la vie réelle.
On pourrait bien sur argumenter sur le fait que le personnage principal voit les fantômes depuis toujours mais en fait elle n'y connait rien et elle a toujours vécu du coté humain de la chose et donc pour elle le surnaturel ne fait que s’immiscer la ou il ne devrait pas.

Amelia Gray est une jeune femme comme les autres, si ce n'est son don de pouvoir voir les fantôme, qui ne va jamais plus loin que ça car elle s'en éloigne dés que possible. Elle est aussi restauratrice de cimetières un métier passion car elle adore l'histoire et ces lieux si calme et loin de la vitesse des villes actuelles.
Mais tout ne se passe pas toujours comme prévu. Un cadavre est découvert dans un des caveaux qu'elle restaure et voila sa vie qui va totalement changer. 
Tout dans ce livre est basé sur l'ambiance, Amelia est finalement très peureuse quand il s'agit de fantômes, elle s'en méfie comme de la peste et fera tout pour se protéger. Résultat on se retrouve avec un livre ou on est sans cesse sur le qui vive, et un personnage qui à les jeton quasiment en permanence. J'ai bien aimé la relation entre Amelia et l'inspecteur même si c'était un peu trop marqué à certains moments, ils étaient vraiment touchants tous les deux. Je suis bien contente d'ailleurs de la fin car une autre ne m'aurait pas du tout satisfaite.
Du coup c'est vraiment plus une ambiance de thriller, voir de lire d'horreur à certains moments, malgré l'ambiance un chouilla romantique à d'autres. On est donc bien loin de ce qui me plait le plus en général (oui je suis une vrai peureuse, je n'aime pas du tout les thriller et je n'en ai pas lu depuis des années car ils me mettent en général très mal à l'aise, chose que je n'aime pas du tout durant mes lectures)
Non pas que je n'ai pas aimé, je précise bien, mais j'avoue que même un très bon thriller, ou livre fantastique n'arrivera jamais au même niveau qu'un bon urban fantasy, ce sont juste mes gouts. Et ici je classerais bien ce livre en bon thriller car il m'a plu. Enfin il m'a plu au maximum qu'un thriller peut me plaire.

16/20

Challenge :

mardi 5 septembre 2017

Craft Sequence, book 2: Two Serpents Rise de Max Gladstone





Titre Original : Two Serpents Rise
Série : Craft Sequence, tome 2
Année de sortie : 2013
Éditeur : Tor Books
Nombre de pages : 347
Genre : Fantasy, Science-fiction




Mon avis

On retrouve cet univers totalement original ou se mêlent étroitement magie et science dans une nouvelle enquête qui nous fait découvrir une autre partie du monde qui fonctionne de façon différente de la précédente. J'ai autant apprécié ce livre que le précédent, c'est toujours aussi fascinant et excellent !

Dresediel Lex est une capitale en plein essor et dont la croissance en fait une des villes majeures du monde, mais elle a un gros point faible qui est le fait d'être située en bordure d'un immense désert. Ancien bastion de tout un panthéon de dieux destinés à produire de l'eau potable à ses habitants, la ville est maintenant gérée par par le Red King, un des craftman qui a défait les dieux dans la précédente guerre et qui est maintenant à la tête d'une multinationale. Malheureusement le cycle naturel de la région ne produit pas assez d'eau pour suffire à sa croissance fulgurante et on est obligé de siphonner magicalement l'eau de plus en plus loin, cherchant le moindre cours d'eau ou lac pour en extraire sa substance. 
Lorsque des démons sont découvert dans les réserves d'eau de la ville, une course contre la montre s'engage entre les différents partis pour la survie de ses habitants. Red King Consolidate mandate un de ses experts, Caleb Altemoc, pour mener l'enquête, il soupçonne des fanatiques religieux d'être derrière l'attaque.
Mais tout n'est pas aussi simple parce que derrière ses devants de jeune premier Caleb est en fait le fils de Temoc, l'ancien grand prêtre du panthéon de dieux dont l'occupation principale à l'époque était le sacrifice humain en haut d'immenses pyramides. Caleb va vite se retrouver en train de questionner ses loyautés dans cette enquête hors du commun qui va menacer la survie de toute la région. 

Je vais me répéter mais je trouve cet univers tout bonnement fascinant. On a un monde à la fois primitif par certains cotés mais totalement futuriste par d'autres, ou se mélangent Dieux, créatures magiques et science et technologie. Surtout qu'ici on est dans des influences qui rappellent tout de suite les civilisations précolombiennes. Paysage parsemé de pyramides recouvertes d'or, sacrifices humains, serpents mythiques gigantesques et créatures volantes colorées ...
Cette façon de faire vivre ces mythes m'a totalement conquise. Pendant ma lecture je ne pouvais pas m’empêcher de remarquer tout les détails et j'étais à chaque fois totalement enchantée et limite fébrile par ma découverte. C'est vraiment un état qui m'arrive rarement du coup je me dois de le dire ici, cette série est totalement ce qui me plait niveau découverte d'un monde. 

Après je ne dirais pas que c'est le livre parfait, non, même si je n'ai pas non plus trouvé de défauts autre que la densité de l'écriture qui pèse de temps en temps. Je le situerais dans les bon livres de SFF, solide, a destination de ceux qui aiment les mystères et les enquêtes. C'est vrai qu'il y a un petit coté urban fantasy dans cette définition parce que l'urban fantasy est très souvent associée aux enquête dans un monde qui se rapproche le plus du notre. Mais je ne mettrais pas pour autant ce livre dans ce genre, car finalement le monde est vraiment très éloigné du notre, et ne s'en rapproche que par des références et des mythes, pas par de la réalité.

Un autre point que j'aime bien dans cette série c'est qu'on suis toujours des personnages qui côtoient en certaines occasions les hautes sphères de par leur métier mais qui pourtant n'en font pas parti. Du coup on explore tous les cotés de la ville, de ses guettos à ses plus grandes autorités, nous permettant vraiment d'avoir un panorama assez complet de tous les pouvoirs en jeu.

Comme je l'avais déjà remarqué dans le tome précédent, la ville elle même est ici aussi limite un personnage à part entière. On la sent respirer, souffrir, tenter de se défendre ... Le temps de cette enquête marque vraiment un moment phare dans l'histoire de la ville, avec tout les changements que ça implique. Et visuellement ça claque, j'aurais vraiment aimé avoir une représentation de ce à quoi elle ressemble.
J'ai beaucoup aimé Caleb aussi, il est tiraillé entre les deux cotés, de par sa famille et son choix de métier, entre les dieux et la science, entre le passé et le présent. A lui seul il représente vraiment l'histoire de la ville et ses différents passages. 

Le livre explore aussi des sujets intéressants comme la gestion des ressources (ici l'eau) et le système qui ne pourra jamais fonctionner sur le long terme car il assèche l'eau de toute la région, la transformant en désert petit à petit. Du coup le coté écologique est assez important. On parle aussi de racisme entre les différents peuples, les habitants d'origine et ceux qui sont arrivés ensuite, provoquant des conflits entre religions et autres.

Au final j'ai passé un excellent moment. C'est une histoire vraiment complexe, dans un monde que j'ai trouvé fascinant. Elle m'a tenu jusqu'au bout en halène malgré la densité de l'écriture. 

Ma note : 17/20

Niveau d'anglais : Moyen.

Challenge :