jeudi 6 septembre 2018

Avis en Vrac #55 : Olivier Gay, Kim Harrison, Kevin Hearne et S.A. Magnusson

 Salut à tous !

Je reprend une ancienne habitude que j'avais mise de coté pour vous faire une série de chroniques plus courtes que la normale dans un seul billet !
Toujours en mode rattrapage de mes lectures de vacances, avec une sélection d'urban fantasy.



(Photo : La.Kritikeuze)
Le noir est ma couleur, tomes 2 à 5
de Olivier Gay
Année de sortie : 2014-2016
Éditeur : Rageot
Nombre de pages : 304, 292, 288, 277
Genre : Urban fantasy, young adult


Suite aux événements du premier tome Manon ne sait plus quoi faire. Elle cache son nouveau statu à ses parents et essaye de faire comme si tout allait bien. Mais un nouvel élève, ami de ses parents, va tout faire pour gâcher sa relation avec Alexandre ...

Bon, ça ne va pas être un avis facile à faire et je vais essayer d'être succincte pour ne pas en parler pendant des pages. J'ai vraiment eu du mal avec cette série.
En fait du début à la fin je n'ai pas réussi à vraiment m'attaquer aux personnages. Je n'ai continué que parce que je voulais en savoir plus sur l'intrigue concernant la magie.

Et c'est sans doute de la que vient ma déception parce que celle ci n'évolue quasiment pas pendant un long moment (elle revient un peu à la fin du tome 3).
Du coup tout ce qui se passe avant ce n'est que des histoires d'amourettes d'ado qui apprennent à se connaitre tout en étant contrarié par la vie. Et j'avoue que ce n'est pas du tout ce que j'aime dans les livres, je ne peut pas m’empêcher de lever les yeux au ciel toutes les deux pages tellement je trouve marqué "ado". 

On pourrait se dire qu'après le troisième tome tout se remet en place. Mais en fait pas du tout vu que le 4ième tome n'est qu'une interminable course poursuite qui n'apporte pas grand chose à l'histoire principale. Heureusement on avait quelques révélations à la fin et je me disais que ça serait peut être pour le dernier tome.

Et j'avais à moitié raison. Si ce dernier tome traite enfin des sujets qui m’intéressaient, il avait néanmoins pas mal de défauts. Je lui est principalement reproché le fait que tout arrive d'un coup. Au niveau rythme global sur la série on sent bien qu'il y a eu un changement de plan et qu'il fallait d'un coup tout résoudre en un seul tome. C'est un peu dommage, surtout qu'une partie importante de l'intrigue magique qui m’intéressait (comment allait-elle se débarrasser de son hôte) n'est absolument pas résolue dans le tome !
Sans parler du fait que j'ai trouvé les antagonistes vraiment trop simples, je n'ai pas très bien compris leur but au final, c'était flou. Ils voulaient résoudre le mystère de la magie ou s'en prendre aux mages? Je ne trouve pas du tout leur plan logique.

Bref, heureusement que l'écriture rattrape un peu le reste. Si les livres n'avaient pas été très fluide à lire j'aurais arrêté bien avant la fin.

10/20



Rachel Morgan, book 10 : A Perfect Blood
de Kim Harrison
Année de sortie : 2012
Éditeur : Eos
Nombre de pages : 512
Genre : Urban fantasy


Rachel découvre qu'il n'est pas facile de vivre quand on n'est plus considéré humain. Tout se met en travers de son chemin pour l’empêcher de simplement vivre sa vie normalement. Heureusement une enquête lui est proposée pour tenter de découvrir qui assassine des sorcières de façon très démoniaque ...

J'ai vraiment bien apprécié ce tome ! Il revient aux racines de la série avec une enquête sur les chapeaux de roue.
L'enquête elle même était vraiment bien faite, pleine de suspense et vraiment effrayante de par l'horreur qu'ils découvrent au fur et à mesure. Rien à dire la dessus, c'était vraiment très sympa et c'est une des partie que j'apprécie le plus dans cette série.

Mais en plus de cela j'ai aussi bien apprécié l'évolution de Rachel. Elle se remet bien en cause ici, elle commence à accepter ce qu'elle est vraiment alors que jusqu'ici elle se voilait un peu la face. Elle a toujours se mélange de vulnérabilité et de fille fonceuse mélangé en elle. Un drôle de mélange parce que des fois ses réactions font plus pensé à une ado perdue qui veut juste que tout redevienne comme avant et pourtant une fois qu'elle a prit une décision elle n'hésite pas une seule seconde et prend ses responsabilités.

Nous retrouvons bien sur tous les personnages secondaires qui sont tellement attachants. Pas de grosse évolution dans ce tome ci les concernant (mais en même temps vu tout le reste ça aurait peut être été un peu trop d'en rajouter) mais ça ne nous empêche pas de les apprécier, bien sur.

16.5/20


Iron Druid Chronicles, book 9: Scourged
de Kevin Hearne
Année de sortie : 2018
Éditeur : Orbit
Nombre de pages : 304
Genre : Urban fantasy


J'arrive enfin à la fin de cette série. Je suis triste de savoir que je ne pourrais plus retrouver les personnages à partir de maintenant, de leur dire au revoir.

La fin de cette histoire se termine bien entendu sur le Ragnarok tant attendu, la dernière bataille et toutes ses conséquences sur la terre et nos héros.
Au niveau de l'histoire je n'ai rien à dire, chaque passage était bien dans l'histoire et n'avait rien de superflu. Mon seul petit regret a été le manque de travail de groupe entre nos trois druides, j'aurais bien aimé voir à nouveau leurs interactions autres que les rares fois ou ils se rencontrent entre deux batailles.

Comme fin de série ce tome était tout ce qu'on pouvait en attendre. On retrouve tous les personnages, petits ou grands, on termine tous les arcs narratifs de façon satisfaisante. Mais j'ai tout de même ressentit une petite dualité sur ce tome.
D'un coté je reconnais qu'il est ce qu'il devrait être, la suite logique de tous les autres vu la façon dont s’orientait l'intrigue dans les tomes précédents. Mais en même temps ça m'a un peu énervé de la lire. 

Je crois qu'en fait je n'avais pas envie de savoir, pas envie de ressentir toute cette tristesse. Car oui cette fin est triste, triste pour plein de raisons différentes mais principalement pour Atticus. On est loin de la fin à la Disney ou à celles des films américain où on ressort avec le sourire parce que nos héros ont gagné et peuvent enfin "se marier et vivre heureux". Non ici la fin est plus une déchéance petit à petit.

Après ce n'est pas non plus tout noir car la ou il y a de la vie il y a de l'espoir. Espoir en plus renforcé par la nouvelle présente à la toute fin du roman dans mon édition et qui nous permet vraiment d'entrevoir la lumière au bout du tunnel.
Et d'un coté je suis contente d'avoir lu cette histoire directement à la suite de la vrai fin du roman. Mais d'un autre coté c'est vrai que la vrai fin était très forte, et que cette nouvelle amoindrit son effet car on sent que tout peux redevenir normal. C'est un peu comme si on mettait directement un pansement sur la blessure avec l'assurance qu'elle cicatrisera bien. 

Au final, malgré tout j'ai vraiment bien aimé cette fin. Ce qui est sur c'est qu'elle est bien marquante et que je ne risque pas de l'oublier avant un moment.

16.5/20


Medicine and Magic, book 1: Flatline
de S.A. Magnusson
Année de sortie : 2018
Éditeur : Autoédité
Nombre de pages : 352
Genre : Urban fantasy


Un petit nouveau dans ma bibliothèque. Je cherchais des séries un peu plus récentes pour remplacer toutes celles du genre que j'ai terminé ces derniers mois et je suis tombé sur de bons avis dessus, du coup je me suis laissé tenté. 

Kate est une interne qui travaille dans les urgence de l’hôpital de sa ville. Elle fait parti d'une grande famille de sorciers mais elle n'a jamais pu y avoir sa place car elle n'a pas la magie habituelle et sa famille a toujours eu peur qu'elle ne puisse utiliser que la magie noire, une magie totalement interdite et traquée par le Conseil. Du coup elle a décidé de vivre une vie humaine, normale.
Mais elle a toujours eu un lien avec la mort, elle la sent venir ou rester à distance chez ses patients et c'est un fait qui l'aide vraiment à les soigner, un bonus pour elle en gros.

Mais un jour alors qu'elle rentre du boulot elle sauve un homme attaqué par deux créatures très bizarres quelle ne reconnait pas en utilisant sa magie. Ce qu'elle ne sait pas c'est que c'est homme est l'un des agents du Conseil, un de leurs chevaliers d'élite, dans quel pétrin c'est-elle encore mise?

Ce que j'ai bien aimé touche principalement à l'univers. Pour l'instant il reste un peu mystérieux mais il a du potentiel. On évite aussi l'écueil de la romance entre les deux personnages, un autre bon point. 

Par contre j'avoue que je n'ai pas été vraiment super impressionné par les personnages. On sent qu'il y a un potentiel aussi la dessous mais il ne s'exprime pas vraiment. Le chevalier est un peu cliché dans le genre "je parle peu mais j'agis" et Kate pour l'instant n'a pas vraiment de traits de personnalité forts qui la font ressortir.

Au final j'ai bien aimé cette lecture mais c'est vrai qu'elle manque quand même d'un petit plus pour vraiment la mettre en avant par rapport à toutes les autres séries du genre, même si l'univers a du potentiel que j'ai envie de voir exploité.

15/20


Le noir est ma couleur et Iron Druid Chronicles ont été lus dans le cadre du challenge S4F3 Saison 4


https://albdoblog.com/2018/06/17/challenge-summer-short-stories-of-sfff-saison4/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire