jeudi 15 mars 2018

The Gameshouse, book 3: The Master de Claire North






Année de sortie : 2015
Éditeur : Orbit
Nombre de pages : une 100ène (ebook uniquement)
Genre : Fantasy





Mon avis :

Pas mon tome préféré de la série mais il boucle vraiment bien la série avec une fin surprenante.

Nous poursuivons notre exploration de la Gameshouse que nous avions découvert dans le premier tome de cette série. Tout au long des tomes précédents un personne récurant se préparait à lancer son assaut donc la maitresse du jeu. Ce tome raconte donc la confrontation et tout ce qui en découle.

Nous savons tous que le casino gagne toujours, c'est une règle universelle et bien sur elle s'applique aussi pour la Gameshouse. Mais la ou un casino ne fait que gagne de l'argent, cette maison ci gagne des biens bien plus précieux. L’enjeu de la partie : la place de gamemaster, le contrôle de l'évolution du monde, un peu une place de dieu. Le jeu : un simple partie d'échec, mais dans laquelle les participants sont les rois à mettre en échec.

Le premier tome se déroulait sur une période de quelques semaines, le second sur quelques mois, et celui ci plusieurs années. Du coup le rythme est des fois extrêmement rapide. De longs passages, de nombreuses confrontations sont résumés en quelques mots, succession de phrases hyper courtes qui résument des mois d'action. Je dois dire que c'est très réussi, on sent vraiment la complexité de leur bataille, l'intensité des combats et tout ça donne le tournis. D'autant plus que le style est très percutant, il n'y a pas de phrases qui ne servent à rien, tout est à sa place.
I activate the Union of South American Nations; she plays two of the big four oil companies. I launch environmental terrorists and an insurance broker in retaliation. She turns the Greek police against the head of the insurance company; I turn the interior ministry against the police. She unleashes a nationalist opposition movement against my minister; I play an orthodox patriarch and evangelical Christian TV station back at her.
For a moment, all things hang in balance.

En fait le seul point qui me fait dire que ce n'était pas mon tome préféré, est que ce style la fait qu'on est moins pris dans le coté émotionnel du personnage comme on l'était dans le tome précédent. C'est un autre type de tension ici. Ça n'en reste pas moins très sympa mais moins prenant. Du moins sur un texte si court, je pense que si il avait été plus long ça aurait surement aidé.

J'ai vraiment aimé le fait qu'on découvre ici qui était le/les narrateur(s) des tomes précédents. Je n'aurais jamais imaginé ça.
Et la fin est vraiment bien trouvé. Elle a vraiment sa place dans l'ensemble, je crois que je n'aurais pas pu imaginer une meilleur fin même en y réfléchissant longtemps. C'est une fin ouverte vraiment réussie.

Au final j'ai vraiment bien apprécié l'ensemble de la trilogie. C'est assez spécial comme lectures et comme style mais c'est justement ça qui les démarque du reste. Ce dernier tome était intense et une excellente lecture.

16.5/20
Mes avis sur les autres tomes de la série : tome 1 : The serpent, tome 2 : The thief,

Aucun commentaire:

Publier un commentaire